Sections

Val-des-Lacs et Lac Supérieur ont leur « Col du Nordet »

Un projet ambitieux


Publié le 10 août 2017

Yannick se tient là où on projette d’aménager un belvédère depuis où les cyclistes, automobilistes, motocyclistes et marcheurs auront une vue imprenable sur les montagnes environnantes, dont celle de Tremblant.

©Photo TC Media - René-Pierre Beaudry

Yannick Rousseau a, le premier, soumis à la municipalité de Val-des-Lacs son projet qu’il a appelé « Col du Nordet ».

Âgé de 40 ans, ce cuisinier professionnel de Lac Supérieur est aussi un adepte de vélo et un passionné de course cycliste. Un de ses parcours préférés est le Chemin du Nordet, un bras d’asphalte relativement peu achalandé qui traverse trois municipalités (Lac Supérieur, Val-des-Lacs et Saint-Donat), joint deux comtés, Bertrand et Labelle, et touche trois MRC, Matawinie, des Laurentides et Antoine-Labelle.

Sur le plan sportif, le Chemin du Nordet a été le théâtre de manifestations cyclistes telles le Cyclo-San Donato, le Gran Fondo et, plus récemment, le Défi Pierre Lavoie. Des athlètes d’Ironman viennent s’y entraîner.

Le projet de Yannick Rousseau est ambitieux. Il ne vise pas qu’à nommer un sommet traversé par le Chemin du Nordet. Il rêve d’une halte routière pour les usagers de la route, qu’ils soient randonneurs, cyclistes, motocyclistes et automobilistes. Yannick mentionne un stationnement pour une quinzaine d’autos, un sentier menant à un belvédère avec un point de vue spectaculaire sur le mont Tremblant et, pourquoi pas, une aire de services « avec toilettes sèches », précise-t-il.

En 2009, pour le bénéfice des cyclistes qui empruntent le Chemin du Nordet, Yannick Rousseau a planté un repère sur un pic qui surplombe la route, un écriteau sur lequel il a gravé « Le col de la Grise », en référence à la montagne Grise. L'altitude a été plus tard mesurée à 599 m.
Photo TC Media - René-Pierre Beaudry

 Ce n'est qu'un début

« En Europe, les montées (dans les montagnes) sont pour les cyclistes et les randonneurs des points importants, des endroits de rassemblement, des lignes de départ ou d’arrivée », d’expliquer Yannick. « Nous n’avons pas de ça chez nous. Il n’y a pas de col routier au Québec, sinon peut-être dans le coin du Saguenay. En 2009, pour le bénéfice des cyclistes qui empruntent le Chemin du Nordet, j’ai pensé planter un repère sur un pic qui surplombe la route, un écriteau sur lequel j’ai gravé « Le col de la Grise », en référence à la montagne Grise, un des plus hauts sommets dans le secteur. »

En 2015, M. Rousseau a poussé plus loin. Il a parlé de son « projet du Col du Nordet » à Stéphanie Russell, à l’époque directrice générale adjointe à Val-des-Lacs – le futur « col » étant situé sur son territoire. L’idée a plu à celle qui depuis est devenue directrice générale.

 « En plus de l’avoir d’abord été par la mairie (vallacquoise) qui s’est montrée très proactive » et plus récemment par Lac Supérieur et Saint-Faustin-Lac-Carré,  mon projet a été si bien accueilli et appuyé par les députés Claude Cousineau et Sylvain Pagé, le Club V2V de Mont-Tremblant et Inter centre, que depuis ce matin (jeudi 3 août), la Commission de toponymie du Québec a officiellement nommé « Col du Nordet » le sommet de la route entre Lac Supérieur et Saint-Donat », a terminé M. Rousseau.

Et ce n’est qu’un début.