Sections

Il fera un Ironman malgré un problème cardiaque

Pour la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC


Publié le 1 mai 2017

Mathieu Morin, sur son vélo, se prépare pour l’Ironman Mont-Tremblant.

©Photo gracieuseté

Mathieu Morin a un rêve: faire deux compétitions Ironman à Mont-Tremblant. Cela peut sembler assez accessible comme rêve, mais pas quand on souffre, comme lui, d’une maladie cardiaque.

Quand on rencontre Mathieu Morin, on voit un jeune homme de 20 ans athlétique. Or, à l'intérieur de son corps, se cache une tout autre réalité: son cœur est affecté par une tachycardie constante et un ventricule gauche faible.

« En gros, ça signifie que la pulsation de mon cœur au repos est de 120 battements à la minute, ce qui est trop élevé, et que seulement 48% de mon sang est envoyé dans mon corps chaque battement, au lieu de 60%, comme une personne normale », explique le résident de Lorraine, dans la couronne nord de Montréal.

Ce problème de santé a sonné le glas d’une brillante carrière athlétique qui se dessinait pour Mathieu. En effet, depuis ses 10 ans, il participait à des compétitions de natation dans un but ultime: porter un jour les couleurs du Canada aux Jeux olympiques. Le potentiel était là; en 2012, il a pris part aux Championnats canadiens juniors à Calgary. Hélas, en 2013, le diagnostic tombe: son cœur est malade. Une opération s’en suit, mais peu après, le jeune homme constate que les médicaments qu’il prend pour ralentir son cœur réduisent ses performances. Résultat: il doit renoncer au sport intensif.

« J’étais effondré, se souvient Mathieu. Pour moi, arrêter la nage, c’était la fin de tout. Ma motivation vient du sport. Mon club de nage était comme une deuxième famille. Je m’entraînais neuf fois par semaine. »

Que faire devant une telle réalité? Mathieu choisit de se rabattre sur les sports d’endurance. Après avoir pris l’avis de son médecin, il commence à faire de la course à pied, ce qui finit par l’amener au triathlon. C’est là qu’une idée germe dans sa tête.

« Je voulais depuis un moment soutenir la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, parce qu’elle s’adresse à des malades de tous âges, raconte-t-il. J’ai alors pensé que je pourrais faire un demi-Ironman, puis un Ironman complet, et ramasser des fonds pour la fondation. »

Après vérification avec son cardiologue, qui lui donne le feu vert à condition qu’il ne pousse pas trop son corps dans un souci de performance, il commence l’entraînement. Il est cependant suivi de près par la kinésiologue Myriam Paquette, et consulte aux trois mois les cardiologues Paul Thériault et Juliana Becker.

15 000$ comme but

En préparation pour les compétitions de l’été 2017 à Mont-Tremblant, Mathieu Morin mène de front une collecte de fonds sur le Net. Son objectif: recueillir 15 000$ en dons. Il a déjà récolté 3072$. « Je cherche plusieurs commanditaires afin de remettre le plus possible à la Fondation. Pour l’instant, il y a 1$ sur trois qui servira aux dépenses dues à l’inscription et à l’entraînement, le reste ira à la Fondation. »

Pour encourager Mathieu par un don, visitez la page Facebook « IronHeart 2017 ».