L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
9 février 2017

Le père souligne la détermination d'Érik Guay

«Cette victoire revêt un caractère particulier» - Conrad Guay

Conrad Guay n'a pas été trop surpris en apprenant que son fils était de nouveau champion du monde de ski alpin. «Disons que je suis moins surpris qu'avant de ses victoires», raconte le résident de La Conception, au sujet du titre de son fils en super-G, à Saint-Moritz.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

En l'emportant à Saint-Moritz, Erik Guay a établi une marque du skieur le plus âgé à être sacré champion du monde de ski alpin, à 35 ans. Il est également le premier canadien couronné champion du monde de Super-G.
En l'emportant à Saint-Moritz, Erik Guay a établi une marque du skieur le plus âgé à être sacré champion du monde de ski alpin, à 35 ans. Il est également le premier canadien couronné champion du monde de Super-G.
© Photo TC Media - archives
Conrad Guay n'a pas été trop surpris en apprenant que son fils était de nouveau champion du monde de ski alpin. «Disons que je suis moins surpris qu'avant de ses victoires», raconte le résident de La Conception, au sujet du titre de son fils en super-G, à Saint-Moritz.

Le père du champion n'a pas l'Internet à la maison et il n'a pas suivi l'épreuve en direct. Ne dérogeant pas à son habitude, au lever,  il a téléphoné à sa belle-fille pour des nouvelles. C'est elle qui lui a appris la victoire d'Éric.

«Connaissant mon fils, je ne peux être étonné qu'il gagne. Mais après sa blessure, cette victoire revêt un caractère particulier», mentionne-t-il.

L'athlète  le plus couronné de l'histoire du ski alpin au Canada, Érik Guay avait suscité quelque étonnement après une blessure sérieuse à un genou. Alors que de nombreux observateurs anticipaient sa retraite, il avait plutôt exprimé l'intention de se rétablir, de réintégrer le circuit de la Coupe du monde et de participer aux Jeux olympiques de 2018.

Conrad Guay attribue le retour réussi de son fils à une réhabilitation physique minutieuse couplée à une technique de ski impeccable qui le sert bien avec l'âge.

«Érik a le tempérament parfait pour la compétition. Il est décontracté et il s'acclimate à tous les milieux et à toutes les situations», ajoute son père.

Ce dernier a bien hâte de revoir son fils dans les Laurentides. Il y est attendu pour quelques jours après l'épreuve de descente du Championnat du monde le 12 février.

Un caractère exceptionnel

Jacques «Jacko» Graton confirme pour sa part toute analyse des qualités techniques que fait Conrad Guay du champion du monde, puisqu'il l'a vu se développer alors qu'il était entraîneur-chef du Club de ski Mont-Tremblant. «Son père a été son premier entraîneur. Mais j'étais tout près pour le voir devenir un champion. C'est un gars tellement discipliné, déterminé et intelligent. Plus jeune, il y en avait de meilleurs que lui, mais aucun n'avait son caractère», explique l'entraîneur.

Le tremblantois assure qu'Érik Guay est resté un homme simple, humble et disponible même après ses succès. «Où que ce soit qu'on le croise, il ne manque jamais de vous saluer. Mais il ne cause jamais bien longtemps parce qu'il a l'horaire chargé d'un athlète de haut niveau. Il veut aussi se garder du temps avec sa femme et ses trois jeunes enfants», explique-t-il.

 

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel