L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 juillet 2016

À la Coupe du Monde de taekwondo ITF

Marie-Christine Gingras s'apprête à se mesurer aux meilleures

Le rêve de Marie-Christine Gingras n'est pas resté au rancart très longtemps. L'athlète de Mont-Tremblant se prépare pour la Coupe du Monde de taekwondo ITF au mois d'octobre en Hongrie.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

À la Coupe du monde à Budapest, Marie-Christine s'alignera dans la catégorie lourds-légers (62 à 68 kilos) de 18 à 35 ans.
À la Coupe du monde à Budapest, Marie-Christine s'alignera dans la catégorie lourds-légers (62 à 68 kilos) de 18 à 35 ans.
© Photo gracieuseté
Le rêve de Marie-Christine Gingras n'est pas resté au rancart très longtemps. L'athlète de Mont-Tremblant se prépare pour la Coupe du Monde de taekwondo ITF au mois d'octobre en Hongrie.

Trempée dans cette discipline de combat depuis son tout jeune âge auprès du conjoint de sa mère, du coach de taekwondo Brad Charlebois, Marie-Christine avait choisi un entraînement moins intensif au cours des dernières années pour se consacrer à ses études en Communications, à l'Université Laval de Québec.

«Ça fait trop longtemps que je rêve de grandes compétitions pour abandonner», mentionne-t-elle cependant, lors d'une entrevue téléphonique avec TC Média.

La flamme s'est rallumée il y a quelque dix-huit mois sans autre raison qu'une fin des études en perspective qui lui laissait plus de latitude pour l'entraînement intensif.  Elle a quitté non sans regret le club de taekwondo où elle avait agi en tant qu'entraîneuse pour les jeunes à Québec, pour passer au club Trân Fusion. Elle y a retrouvé des entraîneurs de haut niveau qui l'aide dans sa préparation pour la Coupe du Monde à Budapest du 12 au 16 octobre.

En plus de travailler dans un camp de jour, elle s'entraîne six jours par semaine. Les sessions de taekwondo alternent avec les séances de musculation et les exercices cardio qu'elle fait culminer avec les montées de l'escalier casse-cou de Québec.

Brad Charlebois n'est pas étonné de l'intensité qu'elle déploie. «Marie-Christine est très persévérante. Elle n'a pas peur des défis et elle prend les moyens pour atteindre ses buts. Pour elle, un obstacle n'est rien d'autre qu'une nouvelle opportunité qui se présente», mentionne-t-il.

C'est avec Brad Charlebois au Club de taekwondo de Mont-Tremblant que Marie-Christine a commencé à pratiquer sérieusement le sport.

Elle ne sait trop quand elle a constaté qu'elle possédait des talents particuliers dans le sport. «Plus jeune, je faisais souvent des combats contre des garçons parce que je n'avais pas d'adversaires chez les filles dans ma catégorie. Plus tard, je montais régulièrement sur le podium lors des compétitions», se rappelle-t-elle.

Marie-Christine: une fonceuse tout en attaque

Sur le tatami, Marie-Christine Gingras se dit une fonceuse qui ne craint pas de passer à l'attaque. Elle est aussi très agile.

«Mes entraîneurs m'ont incité à revenir à la base et à travailler sur ma défensive. On m'a suggéré de laisser tomber les mouvements épatants comme les coups de pieds retournés pour des attaques plus efficaces. C'est le conseil qu'ils m'ont donné en vue d'affronter des adversaires de haut niveau», précise-t-elle par ailleurs.

De retour de la Coupe du monde à Budapest, Marie-Christine a l'intention de prendre une décision à savoir si elle retourne aux études ou si elle se met en quête d'un emploi dans son domaine d'études. En même temps, elle continuera son régime spartiate d'entraînement. Elle projette de participer aux Championnats canadiens de taekwondo ITF en novembre. Son objectif est une sélection dans la délégation canadienne des Championnats du monde 2017 en Irlande.

En attendant, en plus de son entraînement et de son travail, Marie-Christine cherche à récolter des fonds pour défrayer sa participation à la Coupe du monde en octobre, une facture d'au moins 3000$

«Les athlètes du taekwondo ITF ne sont pas subventionnés», dit-elle.

Elle invite les personnes qui voudraient l'encourager à se rendre sur le site Internet MakeaChamp, trouver sa fiche et faire un don.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer