Émily Aumond: comme une torpille dans l'eau

De retour aux Championnats provinciaux de paranatation

Yves Rouleau yves.rouleau@tc.tc Publié le 20 janvier 2016

Émily Aumond accumule les succès en paranatation

©TC Media - Yves Rouleau

La jeune Labelloise Émily Aumond participera pour une deuxième année de suite aux Championnats provinciaux de paranatation en février à Gatineau.

L'athlète de 12 ans a espoir d'ajouter à sa collection de médailles. Elle maintient le cap vers son objectif. «Je veux participer aux Jeux du Québec», a-t-elle mentionné avant une séance d'entraînement au complexe aquatique de Mont-Tremblant.

Des buts oui. Mais surtout, cependant, Émily trouve un bonheur simple à nager. «Elle aime la natation, elle en mange», souligne sa mère Martine Vézina.

De prime abord, il peut paraître surprenant qu'Émily, qui souffre de l'arthrogrypose, une condition avec laquelle elle est née qui la prive de muscles aux bras. Elle nage qu'en utilisant la force de ses jambes et du bassin.

Elle excelle dans tous les styles et particulièrement en papillon qui demande une forte poussée du dos, dans son cas, pour se propulser vers l'avant.

«Émily a quelques fois des raideurs au dos. Ce n'est pas étonnant vu l'effort qu'elle déploie pour se lancer hors de l'eau», souligne sa mère.

La jeune labelloise franchit les 100 mètres en style papillon en un temps de 2:47:31, qui fait pâlir d'envie bien des nageurs. Elle est comme une torpille dans l'eau. C'est sans doute pourquoi les autres nageurs l'ont surnommé «la torpille»

On pourrait parler d'un phénomène, mais en même temps c'est le résultat d'une vie passée dans une piscine.

«J'ai commencé à nager dans un club à six ans», relate Émily.

Sa mère précise que la petite pataugeait déjà dans la piscine à  quatre mois et qu'elle n'a pas mis de temps à apprendre à nager.

Sa mère l'a vue avec plaisir apprendre à nager, mais elle ne l'a pas forcée à faire partie des clubs de compétition.

«On dirait que je suis toujours heureuse dans l'eau. Quelques fois, ça me permet de me défouler. Quand j'ai terminé, j'ai hâte de revenir», souligne Émily.

La jeune labelloise a fait ses premières brasses en natation de compétition avec le club de paranatation Vmax de Montréal. Puis, après le déménagement permanent de ses parents à Labelle, elle s'est jointe au club Neptune de Sainte-Agathe. La formation de Nat-Action Mont-Tremblant avec l'ouverture du nouveau complexe aquatique lui a finalement permis d'adopter un club encore plus près de chez elle.

En plus, Émily est inscrite à l'option natation à la polyvalente Curé-Mercure.

Émily Aumond: comme une torpille dans l'eau

De retour aux Championnats provinciaux de paranatation

Yves Rouleau yves.rouleau@tc.tc Publié le 20 janvier 2016

Émily Aumond accumule les succès en paranatation

©TC Media - Yves Rouleau


La jeune Labelloise Émily Aumond participera pour une deuxième année de suite aux Championnats provinciaux de paranatation en février à Gatineau.

L'athlète de 12 ans a espoir d'ajouter à sa collection de médailles. Elle maintient le cap vers son objectif. «Je veux participer aux Jeux du Québec», a-t-elle mentionné avant une séance d'entraînement au complexe aquatique de Mont-Tremblant.

Des buts oui. Mais surtout, cependant, Émily trouve un bonheur simple à nager. «Elle aime la natation, elle en mange», souligne sa mère Martine Vézina.

De prime abord, il peut paraître surprenant qu'Émily, qui souffre de l'arthrogrypose, une condition avec laquelle elle est née qui la prive de muscles aux bras. Elle nage qu'en utilisant la force de ses jambes et du bassin.

Elle excelle dans tous les styles et particulièrement en papillon qui demande une forte poussée du dos, dans son cas, pour se propulser vers l'avant.

«Émily a quelques fois des raideurs au dos. Ce n'est pas étonnant vu l'effort qu'elle déploie pour se lancer hors de l'eau», souligne sa mère.

La jeune labelloise franchit les 100 mètres en style papillon en un temps de 2:47:31, qui fait pâlir d'envie bien des nageurs. Elle est comme une torpille dans l'eau. C'est sans doute pourquoi les autres nageurs l'ont surnommé «la torpille»

On pourrait parler d'un phénomène, mais en même temps c'est le résultat d'une vie passée dans une piscine.

«J'ai commencé à nager dans un club à six ans», relate Émily.

Sa mère précise que la petite pataugeait déjà dans la piscine à  quatre mois et qu'elle n'a pas mis de temps à apprendre à nager.

Sa mère l'a vue avec plaisir apprendre à nager, mais elle ne l'a pas forcée à faire partie des clubs de compétition.

«On dirait que je suis toujours heureuse dans l'eau. Quelques fois, ça me permet de me défouler. Quand j'ai terminé, j'ai hâte de revenir», souligne Émily.

La jeune labelloise a fait ses premières brasses en natation de compétition avec le club de paranatation Vmax de Montréal. Puis, après le déménagement permanent de ses parents à Labelle, elle s'est jointe au club Neptune de Sainte-Agathe. La formation de Nat-Action Mont-Tremblant avec l'ouverture du nouveau complexe aquatique lui a finalement permis d'adopter un club encore plus près de chez elle.

En plus, Émily est inscrite à l'option natation à la polyvalente Curé-Mercure.