L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
6 décembre 2016

Pour un contrôle plus sévère du déglaçage de nos routes

Lors de l'émission de télé La Facture (14 et 19 novembre 2016), diffusé à la SRC, on nous faisait part des dommages causés par le déglaçage de l’autoroute à Saint-Étienne-des-Grès, là où une partie du village a vu ses puits contaminés.
Quelques arbres morts le long du chemin du Lac-Supérieur. Jean-Louis Gouin croit que le sel mis sur la route pourrait les faire dépérir.
Quelques arbres morts le long du chemin du Lac-Supérieur. Jean-Louis Gouin croit que le sel mis sur la route pourrait les faire dépérir.
© Photo gracieuseté
Lors de l'émission de télé La Facture (14 et 19 novembre 2016), diffusé à la SRC, on nous faisait part des dommages causés par le déglaçage de l’autoroute à Saint-Étienne-des-Grès, là où une partie du village a vu ses puits contaminés.

Acceptant sa responsabilité, le ministère des Transports (MTQ) a décidé de connecter cette partie du village à l’aqueduc municipal, à ses frais. On nous fait part que des recours collectifs sont en préparation à cause de nappes phréatiques sévèrement contaminées par le déglaçage.

Concernant notre région, on nous confirme que le chemin du Lac-Supérieur est déglacé avec un mélange sel-sable (5% sel), tel que suggéré par les ministères de l'Environnement et des Transports.

En plus, on demande que l'asphalte d'un chemin provincial soit visible 24 heures après une tempête de neige - donc on doit faire usage de beaucoup de sel (ou calcium) pour se soumettre à leurs exigences.

Sur une distance de deux kilomètres, le chemin du Lac-Supérieur longe le lac. On sait que notre lac est fragile et sous la surveillance de la municipalité, des riverains et du ministère de l'Environnement. Notre lac s'améliore à cause de cette surveillance.

Pour améliorer la santé d'un plan d'eau, toute route à proximité devrait recevoir peu ou pas de sel et il me semble que le ministère devrait enlever l'obligation que l'asphalte soit visible après 24 heures d'une tempête et permettre l'épandage du sel à la discrétion de la municipalité, qui est responsable du déblaiement de la neige sur cette voie provinciale.

Il faut prendre en considération que le sel et embruns font beaucoup de dommages à la végétation le long de ces routes nettoyées au sable-sel et espérer que nos nappes phréatiques ne seront pas affectées. À bon entendeur, salut!

Jean-Louis Gouin

Lac-Supérieur

Pour lire la réponse de la Municipalité et du MTQ à M. Gouin, cliquez ici.

Partager: