La moitié des CPE et garderies inspectés une seule fois en cinq ans

Publié le 16 septembre 2015

Selon notre analyse, les inspections se font rares dans les services de garde de la province dans les dernières années.

©(Photo gracieuseté - Denis Germain)

Plus de 1500 services de garde au Québec n’ont subi qu’une seule inspection du ministère de la Famille lors des cinq dernières années, révèlent des informations obtenues et analysées par TC Média.

«C’est nettement insuffisant et c’est catastrophique», s’insurge Suzanne Major, responsable du Certificat en petite enfance et famille à l’Université de Montréal.

Le nombre de places en service de garde a explosé ces dernières années au Québec. Citons pour preuve l’augmentation de 660% en 7 ans des places en garderies privées non-subventionnées, qui sont passées d’environ 7000 en 2008-2009 à 53 000 au 31 juillet 2005.  Idem pour les places en garderies privées subventionnées (+ 26%) et en CPE (+ 16%).

En revanche, le nombre d’inspecteurs, lui, stagne depuis des années, oscillant entre 42 et 46 depuis 2010. Ils étaient 44 en 2014-2015.

Même l’Association des garderies privées du Québec, dont les membres doivent être inspectés, dénonce le manque de ressources.

@ST:Délais respectés selon le ministère

@R:Pour le ministère de la Famille, les inspections doivent être réalisées dans les six mois suivant la délivrance d’un premier permis, avant la date d’un renouvellement de permis ou au maximum 45 jours ouvrables après la date de réception d’une plainte.

Selon Nadia Caron, porte-parole du ministère de la Famille, 96,2% des inspections ont été réalisées dans les temps prévus en 2014-2015.

De plus, les renouvellements de permis ayant lieu tous les cinq ans, «il se peut que, si aucune plainte n’a été logée depuis le dernier renouvellement, les services de garde n’aient reçu aucune inspection depuis 2010», confirme la porte-parole.

Entre le 1er avril 2014 et le 31 mars 2015, le ministère a reçu 1098 plaintes déposées par des parents. De celles-ci, 822 ont été assignées pour traitement à la Direction de l’inspection.

En manchette

La moitié des CPE et garderies inspectés une seule fois en cinq ans

Publié le 16 septembre 2015

Selon notre analyse, les inspections se font rares dans les services de garde de la province dans les dernières années.

©(Photo gracieuseté - Denis Germain)


Plus de 1500 services de garde au Québec n’ont subi qu’une seule inspection du ministère de la Famille lors des cinq dernières années, révèlent des informations obtenues et analysées par TC Média.

«C’est nettement insuffisant et c’est catastrophique», s’insurge Suzanne Major, responsable du Certificat en petite enfance et famille à l’Université de Montréal.

Le nombre de places en service de garde a explosé ces dernières années au Québec. Citons pour preuve l’augmentation de 660% en 7 ans des places en garderies privées non-subventionnées, qui sont passées d’environ 7000 en 2008-2009 à 53 000 au 31 juillet 2005.  Idem pour les places en garderies privées subventionnées (+ 26%) et en CPE (+ 16%).

En revanche, le nombre d’inspecteurs, lui, stagne depuis des années, oscillant entre 42 et 46 depuis 2010. Ils étaient 44 en 2014-2015.

Même l’Association des garderies privées du Québec, dont les membres doivent être inspectés, dénonce le manque de ressources.

@ST:Délais respectés selon le ministère

@R:Pour le ministère de la Famille, les inspections doivent être réalisées dans les six mois suivant la délivrance d’un premier permis, avant la date d’un renouvellement de permis ou au maximum 45 jours ouvrables après la date de réception d’une plainte.

Selon Nadia Caron, porte-parole du ministère de la Famille, 96,2% des inspections ont été réalisées dans les temps prévus en 2014-2015.

De plus, les renouvellements de permis ayant lieu tous les cinq ans, «il se peut que, si aucune plainte n’a été logée depuis le dernier renouvellement, les services de garde n’aient reçu aucune inspection depuis 2010», confirme la porte-parole.

Entre le 1er avril 2014 et le 31 mars 2015, le ministère a reçu 1098 plaintes déposées par des parents. De celles-ci, 822 ont été assignées pour traitement à la Direction de l’inspection.