L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
15 mars 2018

Dans l’équipe Garou à La Voix 6

« Le showbizz, c’est gros et envoûtant! » - Karine Labelle

La chanteuse originaire de Huberdeau Karine Labelle, 26 ans, a choisi Garou comme conseiller et guide dans « La Voix 6 », le 4 mars.

René-Pierre Beaudry , journaliste

Karine Labelle, de Huberdeau, a toujours été fascinée par le monde très unique du jazz et du blues.
Karine Labelle, de Huberdeau, a toujours été fascinée par le monde très unique du jazz et du blues.
© Photo OSA images et TVA

Outre son nouveau mentor, Éric Lapointe et Alex Nevsky s’étaient eux aussi retournés avant la fin de sa prestation à l’aveugle. Son premier choix aurait été Lara Fabian, devait-elle avouer candidement devant les caméras de TVA, mais la chanteuse belge avait été la seule juge à ne pas faire pivoter son fauteuil pour elle, ce soir-là.

« Je suis de Huberdeau, mais à cause de mon album en préparation, je travaille surtout à Montréal de ce temps-là, avec plein de trucs à gérer en même temps », commence-t-elle au bout du fil.

Comment lui est venue la « piqûre » pour le difficile métier d’artiste? Ça lui est arrivé très jeune. Fascinée par la voix et la tenue vestimentaire de la chanteuse mexicaine Selena Quintanilla, Karine, alors gamine, s’habillait de la même façon et adorait se tenir debout dans le salon familial pour interpréter à sa façon un grand titre de la reine de la musique « Tex-Mex ».

Puis, début des années 2000, avant même d’avoir 10 ans, Karine est touchée droit au cœur par la chanson Fallin’, tirée de Songs In A Minor, premier album d’Alicia Keys, dont sa maman vient de lui faire cadeau. « En m’entendant chanter Fallin’ à mon tour, ma mère, surprise, m’a demandé : « Tu chantes bien… As-tu envie de suivre des cours de chant? » C’était parti… Ça commence bien quand, dès le départ, tu as quelqu’un qui croit en toi et qui t’encourage à poursuivre dans ce que tu aimes. Pour moi, chanter, c’est de la pureté, de l’émotion et de la joie au naturel. »

Exit la « rockeuse » de Star Académie

Karine a toujours eu une personnalité forte. Ça lui vient de loin. Populaire à l’école, on la sollicitait pour chanter dans tous les spectacles de fin d’année. « J’adorais ça. Je voulais chanter et montrer aux gens que je savais comment m’y prendre. J’interprétais des trucs comme I Believe I Can Fly (R. Kelly) ou Si Dieu existe (Claude Dubois). C’étaient souvent des ballades. Je n’avais pas encore découvert mon style. »

Ça lui est venu plus tard, après que Karine ait écouté et réécouté les albums de Pink, Christina Aguilera et, bien sûr, Britney Spears.

À l’adolescence, à tout juste 18 ans, Karine se présente aux auditions de « Star Académie 2009 ». Elle est retenue, mais son rêve sera de courte durée. Étiquetée « rockeuse » à cause surtout de ses cheveux rasés, sa confiance et son énergie contagieuse sur la scène, elle sera toutefois la première interprète féminine à être retranchée. Déçue?

« Évidemment. La chute est raide : tu pars du statut de « superstar » et du jour au lendemain, c’est fini. »

Cependant, la chanteuse a vite repris le moral, assurée qu’elle était d’être de la tournée après la diffusion des émissions et de continuer à faire partie des spectacles des Productions J (Julie Snyder).

Prochaine étape? Les duels, les performances soumises au vote populaire.

L’authenticité est une valeur importante aux yeux de Karine.

« Si jamais je deviens une superstar », conclut-elle, « je te jure que mes pieds vont rester sur terre et je verrai à toujours rester moi-même. J’ai près de moi ma famille, mon père, ma sœur pour m’aider à garder le cap. La télé, le showbizz, c’est très gros et envoûtant comme monde. Pour moi, un seul retour à Huberdeau suffirait à me ramener sur terre! »

Partager:

René-Pierre Beaudry , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer