Le président veut mettre ses Richelieu en forme

Sylvain Guimond inspiré par le Défi 3S

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc
Publié le 9 décembre 2016

Sylvain Guimond souhaite que le sport reprenne sa place chez les membres du club Richelieu Mont-Tremblant.

©TC Media - Archives

Sylvain Guimond a vu sa vie changer grâce au sport et à l’alimentation dernièrement. Il propage maintenant son expérience au sein du club Richelieu Mont-Tremblant.

Tout commence quand M. Guimond est invité, au début 2016, à joindre le Défi 3S. Ce dernier consiste à acquérir, en 5 mois, de saines habitudes alimentaires (tout en n’étant pas à la diète) et à intégrer dans sa routine de l’exercice physique. Ces saines habitudes de vie devaient ensuite rester dans le quotidien du participant une fois le défi terminé.

On peut dire que pour Sylvain Guimond, cet objectif est atteint. Lui qui s’est retrouvé à 50 ans avec de l’embonpoint et une certaine baisse d’énergie s’est redynamisé grâce au Défi 3S. « J’ai perdu 47 livres à force de travail. Il suffisait de prendre conscience de ce que je mange et d’avoir une alimentation plus équilibrée, tout en laissant le sport prendre plus de place dans ma vie », confie-t-il à L’Information du Nord.

« Ramener un peu de santé »

Maintenant âgé de 52 ans, M. Guimond se sent bien plus en santé qu’auparavant. C’est pourquoi, avec ses amis du club Richelieu Mont-Tremblant, a-t-il décidé de changer la coutume, qui était de tenir quatre soupers par mois, parfois arrosés. « Je veux ramener un peu de santé dans nos activités, déclare celui qui a été élu président du club pour 2016-2017. On gardera trois soupers, mais la quatrième semaine, on ferait une activité sportive ensemble. »

Dans le même esprit, puisque le club Richelieu Mont-Tremblant donne à certaines associations sportives de la région comme le programme de football ou le Club de soccer, Sylvain Guimond souhaiterait que les membres participent à des matchs amicaux avec les équipes, quand il y a remise de chèque. « Ce serait une façon de plus d’être au cœur de la communauté », conclut-il.