138 sourires d’enfants grâce aux policiers

Salle des nouvelles infolaurentides@tc.tc
Publié le 19 décembre 2016

Voici les policiers qui se sont prêtés au jeu du père Noël, le 18 décembre 2016, en distribuant 138 cadeaux à des enfants dans le besoin dans la région de Mont-Tremblant.

©Photo gracieuseté

Une escouade formée de policiers de la Sûreté du Québec et de la Ville de Mont-Tremblant a distribué 138 cadeaux à autant d’enfants dans le besoin, le dimanche 18 décembre, et ce, grâce à la générosité des citoyens tremblantois et des environs.

En effet, les 138 boules de Noël jumelées à un enfant ont trouvé preneur très rapidement auprès de la population de la région. À la suite du succès de la première édition, les policiers de Mont-Tremblant se sont joints à leurs collègues de la Sûreté du Québec pour pouvoir atteindre un plus grand nombre d’enfants de la région. Grâce à ce travail de collaboration, presque le double de boules de Noël a été distribué par rapport à l’année dernière.

Selon le capitaine aux opérations Alexandre Boucher du Service de police de Mont-Tremblant (SPVMTT): « le temps des Fêtes est l’occasion de penser aux moins fortunés de la région et de pouvoir contribuer à rendre cette période de l’année plus agréable. »

Ce programme est une initiative des policiers de Mont-Tremblant en collaboration avec certains organismes communautaires du territoire, ce qui a permis de venir en aide à des familles et surtout d’illuminer le visage d’un enfant par un sourire.

« Nous félicitons l’agente Christine Dupras, initiatrice du programme à Mont-Tremblant, et remercions toute l’équipe du Service de police et de la Sûreté du Québec ainsi que les organismes qui ont contribué à la réalisation du projet, c’est vraiment une belle initiative, bravo! », a poursuivi le capitaine Boucher.

Rappelons que le citoyen devait se procurer une boule de Noël où étaient inscrits le prénom et l’âge de l’enfant, ainsi que ses trois choix de cadeau. Le cadeau devait avoir une valeur d’environ 30$. Une fois l’achat effectué, le citoyen devait l’emballer et le retourner au poste de police municipale.