L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
30 janvier 2017

Taxes foncières agricoles: les fermiers manifestent

Une centaine de personnes de tous horizons ont uni leurs voix à celles des producteurs agricoles, lors d’une manifestation le 26 janvier à Mont-Laurier dénonçant la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles.
Quelque 100 personnes ont participé à cette manifestation.
Quelque 100 personnes ont participé à cette manifestation.
© Photo gracieuseté
Une centaine de personnes de tous horizons ont uni leurs voix à celles des producteurs agricoles, lors d’une manifestation le 26 janvier à Mont-Laurier dénonçant la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles.

La manifestation initiée par le Syndicat UPA La Lièvre a attiré élus, représentants des motoneigistes et quadistes, des pourvoiries, du milieu des affaires, de l’industrie de l’hôtellerie et de la restauration. Tous sont venus soutenir les producteurs locaux, se joignant à eux dès 10h devant le bureau régional du ministère de l’Agriculture.

Les producteurs, venant d’aussi loin que Mont-Tremblant et Maniwaki, ont renouvelé leur demande maintes fois adressée au ministre au cours des derniers mois: annuler la réforme et amorcer une véritable refonte de la fiscalité municipale.

Les sentiers menacés

Des agriculteurs ont déjà affirmé leur intention de bloquer l’accès aux sentiers de motoneige, si le ministre ne montrait aucune ouverture à leurs demandes d’ici le 6 février. Cette menace inquiète le député péquiste de Labelle, Sylvain Pagé, présent à la manifestation.

« Je demande aujourd’hui au premier ministre Philippe Couillard d’intervenir avant que la situation s’envenime. Si les menaces d’un blocus sont mises à exécution, le gouvernement sera le seul responsable. M. Couillard, il y aurait de graves conséquences pour notre région, vous avez le devoir d’agir », a-t-il déclaré.

Daniel Dostaler, président de l’Association des clubs de motoneige des Hautes-Laurentides, abonde dans le même sens.

« Nous déplorons la fermeture des sentiers […]. On parle d’une activité générant plus de 35 M$ dans les Hautes-Laurentides. [Mon association] demande au gouvernement de mettre la réforme sur la glace afin de se donner le temps de négocier et de convenir d’une entente entre les parties concernées, à la satisfaction de celles-ci », a dit ce représentant de neuf clubs de la région.

Depuis mars 2016, le ministre prétend que sa réforme se fera à coût nul pour les agriculteurs. Or, des analyses menées auprès de 25 producteurs des Laurentides et de l’Outaouais montrent que la réforme majorera leur compte de taxes jusqu’à 75%. Les hausses anticipées varient de quelques centaines à quelques milliers de dollars.

Partager: