Bois d'oeuvre: des citoyens veulent des réponses

Salle des nouvelles L'Information du Nord infonord.redaction@tc.tc
Publié le 28 décembre 2016

La rencontre au bureau du député David Graham à Mont-Laurier.

©Photo gracieuseté

À l'invitation du député fédéral David Graham, le Secrétaire parlementaire au Ministre du commerce international David Lametti était à Mont-Laurier le 22 décembre pour discuter de l'enjeu du bois d'œuvre avec des leaders politiques et de l'industrie de la région.

Sollicitée par Signature Bois Laurentides, la rencontre avait pour but d’exprimer les préoccupations sur ce qui se pointe dans l'exportation de notre bois d'œuvre vers les États-Unis, avec la fin de l'entente liant les deux pays.

"Les échanges étaient francs et ouverts. Le Secrétaire parlementaire a clairement expliqué où se trouve les problèmes dans les négociations entre le Canada et les États-Unis sur la question, explique le député David Graham. Si les Américains ne font pas d'offres acceptables pour l'industrie canadienne, et imposent des barrières à nos exportations, le Canada a l'intention d'aller devant les tribunaux où nous avons toujours gagné... La crise forestière de 2008 s'est produite avec un accord sur le bois d'œuvre signé par les Conservateurs en 2006 qui n'était pas en faveur de l'industrie et des travailleurs de notre région; et ce n'est pas à répéter."

Le Secrétaire parlementaire Lametti a expliqué que le gouvernement canadien est prêt à interpeller les tribunaux, dès que des tarifs douaniers seront imposés par les Américains, ce qu’on appréhende en mars. M. Lametti demande à l'industrie de garder la pression pour s'assurer que des garanties de prêts deviennent disponibles afin d’aider l'industrie et pour que les procès, qui dureront sûrement plusieurs années, se poursuivent diligemment.

"Je souhaite un accord favorable à long terme pour nos travailleurs du bois, une entente qui ne nous remettra pas dans la même position dans cinq ou dix ans. Nous devons aller jusqu’au bout et trouver une solution permanente pour la survie de notre industrie primordiale ici", a conclu le député Graham.