Jacques Léonard honoré

Un édifice baptisé à son nom

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc
Publié le 13 décembre 2016

La plaque honorant Jacques Léonard a été découverte par le principal intéressé et le préfet de la MRC des Laurentides, Denis Chalifoux.

©TC Media – Maxime Coursol

Près d’une centaine de personnes s’est rassemblée le 12 décembre à la MRC des Laurentides pour rendre hommage à celui qui fut député de Labelle pendant 20 ans, l’ancien ministre Jacques Léonard.

Parmi les invités, citons l’ancien Premier ministre Bernard Landry, les anciens ministres Élie Fallu et François Gendron, les actuels députés péquistes de la région Sylvain Pagé et Claude Cousineau, ainsi que de nombreux maires, professionnels locaux et militants péquistes de la première heure.

Tous voulaient saluer l’œuvre de ce natif de Saint-Jovite, devenu octogénaire à peine quelques jours plus tôt, qui fut député de Labelle de 1976 à 1985 et de 1989 à 2001.

Quatre orateurs se sont succédé pour présenter à la foule Jacques Léonard et son œuvre. Le préfet de la MRC des Laurentides et maire de Sainte-Agathe, Denis Chalifoux, a parti le bal en soulignant que « c’est grâce à des bâtisseurs comme Jacques Léonard que le Québec est ce qu’il est aujourd’hui ».

Sylvain Pagé, qui a succédé à M. Léonard comme député de Labelle, a ensuite brossé un portrait de sa carrière, avant de céder le micro à François Gendron, qui a rappelé « l’apport exceptionnel » de cet homme dans la redynamisation des régions.

Enfin, Bernard Landry a complété le tableau avec un discours remettant la contribution de Jacques Léonard dans le contexte politique du dernier quart du 20e siècle. Après avoir longuement parlé d’indépendance, d’économie et d’éthique, il a lancé: « L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a déjà dit: “Si vous voulez de la gratitude, ne faites pas de politique, élevez des chiens.” Jacques, tu viens de le faire mentir! » Une hilarité générale a tout de suite suivi.

L’ancien Premier ministre Bernard Landry a rendu hommage à son collègue Jacques Léonard avec un discours bien senti.

©TC Media – Maxime Coursol

Une révolution municipale

Les discours terminés, c’est avec solennité que Jacques Léonard a dévoilé, accompagné du préfet Chalifoux, l’écriteau sur lequel était inscrit: « Édifice Jacques Léonard », qui sera accroché sur le bâtiment de la MRC. Une plaque retraçant la carrière de l’homme a également été dévoilée et sera installée à l’entrée de l’édifice.

Le mot de la fin est revenu au politicien honoré. M. Léonard a profité de l’occasion pour se remémorer la création des MRC et le dépôt de la Loi sur l’aménagement en novembre 1979. « Je rêvais d’amener la Révolution tranquille dans les municipalités, a-t-il déclaré. Je croyais qu’une plus grande décentralisation de l’urbanisme était nécessaire, qu’on ne pouvait pas laisser ça entre les mains de Québec, alors que les acteurs sur le territoire étaient les mieux placés pour ça. »

Malgré un bras de fer terrible avec l’Union des conseils de comté (devenue depuis la FQM), la réforme est finalement allée de l’avant, suite à l’élection de 1981. « C’est important de dire qu’aujourd’hui, personne ne la remet en question: ni les élus du Québec, ni les élus municipaux », a conclu Jacques Léonard.

Jacques Léonard a été ministre et député de Labelle durant 20 ans au total. Il est le père des MRC.

©TC Media – Maxime Coursol