«Notre projet est la façon de faire de l'avenir» - Bernard Lapointe

Le bloc public de l'école Le Carrefour inauguré

Yves Rouleau yves.rouleau@tc.tc
Publié le 26 octobre 2016

Le maire de Brébeuf Ronald Provost, le maire suppléant de Lac-des-Plages Pierre Boivin, la présidente de la Commission scolaire des Laurentides Gisèle Godreau et le maire d'Amherst Bernard Lapointe.

©Photo TC Media - Yves Rouleau

Plus de deux ans après son annonce, les partenaires pendaient la crémaillère du bloc public de l'école Le Carrefour à Amherst, mardi (25 octobre).

Les maires d'Amherst Bernard Lapointe, de Brébeuf Ronald Provost et le maire suppléant de Lac-des-Plages Pierre Boivin ainsi que la présidente de la Commission scolaire des Laurentides Gisèle Godreau et la directrice de l'école Isabelle Nareau ont tour à tour loué le caractère innovateur du projet et ses bienfaits pour les écoliers et la communauté.

Le bloc public c'est un gymnase, une bibliothèque et une salle de formation ainsi que les installations afférentes intégrées à l'école Le Carrefour, dans le cadre d'un projet d'expansion complété l'an dernier. Le coût total s'est établi 2,92 millions$. Les municipalités participantes ont pour leur part dépensé 263 000$. Du côté de la Commission scolaire, comme des municipalités, les coûts ont été couverts par des subventions gouvernementales, a indiqué le maire Bernard Lapointe.

L'originalité du projet réside dans le partage des installations entre les municipalités d'Amherst, de Brébeuf et de Lac-des-Plages et la Commission scolaire. L'accès est réservé aux élèves les jours de classe et permis aux résidents des trois communautés en tout autre temps, ont expliqué les partenaires.

«Notre projet représente la façon de faire de l'avenir», a indiqué le maire d'Amherst, Bernard Lapointe devant l'auditoire composé de résidents, d'élèves, d'enseignants et d'élus municipaux et scolaires.

Le maire de Brébeuf Ronald Provost salué l'initiative du maire d'Amherst d'avoir sollicité un partenariat avec ses municipalités voisines et la commission scolaire pour la réalisation d'un projet qu'il jugeait important, mais qui aurait été difficile à faire accepter si sa municipalité l'avait engagé seule.

«La persévérance, la ténacité et la détermination» ont jalonné le projet a pour sa part souligné la présidente de la Commission scolaire des Laurentides Gisèle Godreau. Cette dernière a en outre rappelé que l'entente signée par les parties dans ce projet est unique à la CSL.

L'événement a été marqué de la signature officielle de l'entente de partenariat liant les parties.