Le député d’Argenteuil répond à nos questions

Il prend le pouls de la population

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc Publié le 9 janvier 2016

Le député libéral Yves St-Denis, représentant d’Argenteuil à l’Assemblée nationale.

©Photo gracieuseté

Fraîchement élu en 2014 pour un premier mandat, le député libéral d’Argenteuil Yves St-Denis souhaite être à l’écoute de ses électeurs.

«Je me vois comme celui qui doit être au service de la population d’Argenteuil, lance-t-il tout de go à l’autre bout du fil. Ma tâche, c’est d’acheminer les dossiers locaux et les demandes de citoyens au bon ministère pour que ça se règle. J’obtiens des réponses pour eux.»

Il cite en exemple le glissement de terrain à Lac-des-Seize-Îles, survenu en avril 2014. «Le ministère de la Sécurité publique, le ministère de l’Environnement, le ministère des Affaires municipales et le ministère de la Faune étaient tous impliqués. Il a fallu faire asseoir les différents intervenants du dossier ensemble pour que chacun s’entende pour faire son bout de chemin. C’est ça mon rôle, être celui qui les fait asseoir ensemble.»

Même si la partisanerie est nécessaire dans notre système politique, le député libéral assure que pour faire avancer les enjeux de la région, il n’y a pas de couleur politique. Il se dit d’ailleurs prêt à travailler avec les élus péquistes et caquistes de la région, avec lesquels il dit avoir déjà une très grande collaboration.

Comprendre Argenteuil

Yves St-Denis a récemment fait la tournée des municipalités de sa circonscription pour mieux être au fait des besoins de celles-ci. Il faut dire qu’il y a tout un monde de différence entre les extrémités nord et sud de son comté, qui s’étend de Saint-André à Arundel, en passant par Lachute et Morin-Heights. C’est pour bien saisir ces nuances qu’il était notamment à Montcalm cet été.

Lorsqu’on le questionne sur l’impact des compressions de son gouvernement sur cette même population qu’il va rencontrer, M. St-Denis se contente de dire qu’il ne veut pas laisser une province aussi endettée aux générations futures. «Nous sommes en train de remettre de l’ordre dans les programmes pour bonifier ceux qui le méritent et arrêter de financer ce qui n’est plus d’actualité dans le monde d’aujourd’hui», conclut-il.

Ma tâche, c’est d’acheminer les dossiers locaux et les demandes de citoyens au bon ministère pour que ça se règle.

Yves St-Denis, député d’Argenteuil

En manchette

Le député d’Argenteuil répond à nos questions

Il prend le pouls de la population

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc Publié le 9 janvier 2016

Le député libéral Yves St-Denis, représentant d’Argenteuil à l’Assemblée nationale.

©Photo gracieuseté


Fraîchement élu en 2014 pour un premier mandat, le député libéral d’Argenteuil Yves St-Denis souhaite être à l’écoute de ses électeurs.

«Je me vois comme celui qui doit être au service de la population d’Argenteuil, lance-t-il tout de go à l’autre bout du fil. Ma tâche, c’est d’acheminer les dossiers locaux et les demandes de citoyens au bon ministère pour que ça se règle. J’obtiens des réponses pour eux.»

Il cite en exemple le glissement de terrain à Lac-des-Seize-Îles, survenu en avril 2014. «Le ministère de la Sécurité publique, le ministère de l’Environnement, le ministère des Affaires municipales et le ministère de la Faune étaient tous impliqués. Il a fallu faire asseoir les différents intervenants du dossier ensemble pour que chacun s’entende pour faire son bout de chemin. C’est ça mon rôle, être celui qui les fait asseoir ensemble.»

Même si la partisanerie est nécessaire dans notre système politique, le député libéral assure que pour faire avancer les enjeux de la région, il n’y a pas de couleur politique. Il se dit d’ailleurs prêt à travailler avec les élus péquistes et caquistes de la région, avec lesquels il dit avoir déjà une très grande collaboration.

Comprendre Argenteuil

Yves St-Denis a récemment fait la tournée des municipalités de sa circonscription pour mieux être au fait des besoins de celles-ci. Il faut dire qu’il y a tout un monde de différence entre les extrémités nord et sud de son comté, qui s’étend de Saint-André à Arundel, en passant par Lachute et Morin-Heights. C’est pour bien saisir ces nuances qu’il était notamment à Montcalm cet été.

Lorsqu’on le questionne sur l’impact des compressions de son gouvernement sur cette même population qu’il va rencontrer, M. St-Denis se contente de dire qu’il ne veut pas laisser une province aussi endettée aux générations futures. «Nous sommes en train de remettre de l’ordre dans les programmes pour bonifier ceux qui le méritent et arrêter de financer ce qui n’est plus d’actualité dans le monde d’aujourd’hui», conclut-il.

Ma tâche, c’est d’acheminer les dossiers locaux et les demandes de citoyens au bon ministère pour que ça se règle.

Yves St-Denis, député d’Argenteuil