La question de la semaine: que ferez-vous pour aider les chômeurs?

Élections fédérales 2015

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc
Publié le 30 septembre 2015

Il est de plus en plus difficile d'obtenir des prestations de l'assurance-emploi.

©TC Media - Archives

Chaque semaine, d’ici les élections fédérales du 19 octobre, L’Information du Nord posera une question aux candidats des principaux partis en lice sur un enjeu touchant la circonscription de Laurentides-Labelle.

L'industrie touristique étant saisonnière, bon nombre de résidents de la circonscription de Laurentides-Labelle ont besoin de l'assurance-emploi pour joindre les deux bouts lors des saisons mortes.

Or, avec la réforme récente, la majorité des chômeurs n'ont pas droit à des prestations, alors qu'ils contribuent à l'assurance-emploi lorsqu'ils travaillent. Le taux d'accessibilité frôlait les 85% en 1990, mais n'atteint plus que 38% en 2014.

Que comptez-vous faire pour soutenir ces gens?

Le candidat libéral dans Laurentides-Labelle, David Graham.

©Photo gracieuseté

Notre région compte beaucoup de travailleurs saisonniers pour qui l'assurance-emploi est un besoin critique, et qui a été sévèrement attaqué par le gouvernement conservateur.

Nous annulerons les changements de 2012 du gouvernement conservateur qui ont mené à la misère certains de nos travailleurs saisonniers de la région; nous réduirons de deux à une semaine le délai de carence pour l’obtention des prestations d’assurance-emploi. Nous mettrons fin à la pénalité́ plus élevée de 910 heures pour les nouveaux travailleurs ou celles et ceux retournant sur le marché́ du travail.

Et c'est juste le début de nos changements qui aideront les travailleurs et travailleuses de notre région. 

La candidate du Bloc Québécois dans Laurentides-Labelle, Johanne Régimbald.

©Photo gracieuseté

L’assurance-emploi ne répond plus depuis longtemps aux besoins des travailleurs québécois qui perdent leur emploi. Le régime n’est plus un programme d’aide, mais plutôt une taxe en bonne et due forme. Et il sert à renflouer les coffres du fédéral.

Le Bloc Québécois demande des mesures prioritaires, soit la création d’une véritable caisse autonome d’assurance-emploi, une augmentation du taux de prestation de 55 à 60%, l’élimination du délai de carence de 2 semaines et l’accès au régime après 360 heures, modulé selon le taux de chômage.

Ces mesures proposées par le Bloc proviennent des recommandations d’un comité d’étude de la Chambre des communes et elles ont été développées avec les principaux syndicats du Québec. Nous voulons rendre le régime plus accessible et non pas le contraire comme l’on fait les gouvernements précédents.

Le candidat du NPD dans Laurentides-Labelle, Simon-Pierre Landry.

©Photo gracieuseté

Les travailleurs saisonniers de Laurentides-Labelle ont encore plus de misère à joindre les deux bouts depuis les dégâts faits à l’assurance-emploi par les conservateurs. Certains travailleurs doivent même quitter la région. C’est évident, les conservateurs ne comprennent pas l’économie des Laurentides. Et avant eux, les libéraux ont aussi pigé dans la caisse d’assurance-emploi.

Un gouvernement NPD fera les choses autrement. Le NPD s’engage à protéger la caisse d'assurance-emploi pour qu’elle serve uniquement aux travailleurs, geler les cotisations à l’assurance-emploi, augmenter l’admissibilité au programme pour les travailleurs saisonniers ou à temps partiel, élargir l’admissibilité aux aidants naturels qui doivent arrêter de travailler pour s’occuper d’un proche malade.

Avec le plan du NPD, nous serons en mesure d'attirer des entreprises chez nous, tout en protégeant les gens qui y travaillent.

Le candidat onservateur de Laurentides-Labelle, Sylvain Charron.

©TC Media - Maxime Coursol

Notre gouvernement a apporté des modifications modestes et raisonnables à l’assurance-emploi (AE) afin d’aider les Canadiens à rester connectés à la population active et de mieux jumeler les Canadiens aux emplois offerts dans leur région et correspondant à leurs compétences. L’opposition déforme sciemment les faits, tentant d’effrayer les Canadiens afin de faire des gains politiques mesquins.

Selon les données disponibles les plus récentes, moins de 1% de demandeurs ont été refusés en raison de ces changements. Les prestations d’AE sont toujours là pour les Canadiens, notamment dans les régions où il n’y a tout simplement pas de travail en dehors des industries saisonnières ou spécialisées.

De plus, il est maintenant plus facile pour les Canadiens sans travail de se renseigner sur les emplois locaux qui correspondent à leurs compétences par le service Alerte-Emploi amélioré. Plus de 40 millions d’alertes ont été envoyées l’année dernière.