Élections fédérales: La question de la semaine

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc Publié le 23 septembre 2015

Nous commençons cette semaine par une question qui intéressera les nombreux riverains sur le territoire.

©Photo Gracieuseté

Chaque semaine, d’ici les élections fédérales du 19 octobre, L’Information du Nord posera une question aux candidats des principaux partis en lice sur un enjeu touchant la circonscription de Laurentides-Labelle.

Dans les Laurentides, plusieurs déplorent l'usage de bateaux à moteur de forte puissance, tels les wakeboats, sur leur lac ou leur rivière. Ils montrent du doigt la pollution que cela peut occasionner ainsi que le péril que ces embarcations peuvent représenter pour leur sécurité. Puisque la navigation sur les plans d'eau est de juridiction fédérale, avez-vous l'intention de soutenir une initiative pour rendre la règlementation plus sévère?

Le candidat libéral dans Laurentides-Labelle, David Graham.

©Photo gracieuseté

"C'est un dossier plus compliqué qu'il n’y paraît. Les wakeboats nuisent souvent à l'environnement, et c'est important de protéger les lacs, plans d'eau, rivières, et riverains.

Mais l'histoire ne finit pas là. Il existe des lacs où les wakeboats sont importants pour le tourisme, pour les avions de brousse, et qui lorsqu'ils sont à l'eau sont considérés comme des bateaux, par exemple.

En conséquence, ils ne peuvent pas être bannis directement et il faut travailler avec tous les paliers de gouvernement ainsi que les associations des lacs pour trouver les meilleures solutions qui sont adaptables aux besoins spécifiques de chaque place.

Nous ferons un examen complet des modifications apportées par M. Harper à la Loi sur les pêches et de la suppression de la Loi sur la protection des voies navigables, en vue de rétablir les mesures de protection éliminées et d’ajouter des mesures de sauvegarde plus modernes."

La candidate du Bloc Québécois dans Laurentides-Labelle, Johanne Régimbald.

©Photo gracieuseté

"Soucieux de la protection de l’environnement et de l’ensemble des milieux naturels du Québec, le Bloc Québécois croit que ce sont les Québécois qui sont les mieux placés pour décider de ce qui se passe au Québec et dans leur région.

Le Québec doit s’approprier les préoccupations de la société civile et des Québécois quant à la maîtrise de leur territoire. C’est pourquoi le Bloc Québécois se fera porteur de la primauté de la compétence du Québec en environnement et l’applique déjà depuis plusieurs années comme on peut le constater dans le dossier du pipeline que le fédéral veut imposer à la population du Québec.

La tourmente entourant la navigation étant de la juridiction fédérale sur les lacs fait partie de cette même réalité.

C’est pourquoi le Bloc Québécois amendera la loi afin de transférer cette responsabilité au Québec, ce qui redonnera, du coup, aux municipalités un pouvoir sur les embarcations motorisées."

Le candidat du NPD dans Laurentides-Labelle, Simon-Pierre Landry.

©Photo gracieuseté

"En tant que néo-démocrate, je suis préoccupé par la qualité de l’eau de nos lacs et rivières. Nous devons les protéger puisque notre économie touristique et notre qualité de vie en dépendent.

Lors de la dernière législature, le député du NPD Marc-André Morin a soumis la motion M-441 afin que les municipalités obtiennent plus de pouvoir décisionnel concernant les règlements sur les embarcations de plaisance.

Nos municipalités doivent pouvoir prendre plus rapidement des décisions après consultation avec les riverains et les organismes locaux.

Ainsi donc, je souhaite qu’une révision du Règlement de Transport Canada sur les restrictions visant l’utilisation des bâtiments sur les voies navigables soit mise de l’avant afin que les municipalités et le gouvernement fédéral puissent mieux protéger nos voies navigables.

Nous sommes une région de lacs et de rivières naturelles, et il nous faut les protéger pour les générations futures."

Le candidat onservateur de Laurentides-Labelle, Sylvain Charron.

©TC Media - Maxime Coursol

En tant qu’élu dans une municipalité qui a établi un contrôle sur la navigation sur ses cours d’eau, je suis très sensibilisé à cette réalité et les questions reliées à la protection de l’environnement. Par ailleurs, je suis tout à fait conscient que la législation canadienne est désuète et dépassée. C'est pourquoi, je m'engage à collaborer avec toutes les instances pour :

 • déclencher le processus de révision de cette loi et la simplification du mode d'application des règlements;

• élaborer un nouveau modèle de gestion de la navigation de plaisance comparable à celui de la motoneige, par exemple;

• améliorer la surveillance de l'application de la réglementation;

• élaborer un plan de développement intégré des lacs et cours d'eau;

• pousser la recherche sur les impacts environnementaux de cette activité.

 

Le tout, dans une démarche harmonieuse qui respecte tous les partenaires, autant riverains que plaisanciers.

En manchette

Élections fédérales: La question de la semaine

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc Publié le 23 septembre 2015

Nous commençons cette semaine par une question qui intéressera les nombreux riverains sur le territoire.

©Photo Gracieuseté


Chaque semaine, d’ici les élections fédérales du 19 octobre, L’Information du Nord posera une question aux candidats des principaux partis en lice sur un enjeu touchant la circonscription de Laurentides-Labelle.

Dans les Laurentides, plusieurs déplorent l'usage de bateaux à moteur de forte puissance, tels les wakeboats, sur leur lac ou leur rivière. Ils montrent du doigt la pollution que cela peut occasionner ainsi que le péril que ces embarcations peuvent représenter pour leur sécurité. Puisque la navigation sur les plans d'eau est de juridiction fédérale, avez-vous l'intention de soutenir une initiative pour rendre la règlementation plus sévère?

Le candidat libéral dans Laurentides-Labelle, David Graham.

©Photo gracieuseté

"C'est un dossier plus compliqué qu'il n’y paraît. Les wakeboats nuisent souvent à l'environnement, et c'est important de protéger les lacs, plans d'eau, rivières, et riverains.

Mais l'histoire ne finit pas là. Il existe des lacs où les wakeboats sont importants pour le tourisme, pour les avions de brousse, et qui lorsqu'ils sont à l'eau sont considérés comme des bateaux, par exemple.

En conséquence, ils ne peuvent pas être bannis directement et il faut travailler avec tous les paliers de gouvernement ainsi que les associations des lacs pour trouver les meilleures solutions qui sont adaptables aux besoins spécifiques de chaque place.

Nous ferons un examen complet des modifications apportées par M. Harper à la Loi sur les pêches et de la suppression de la Loi sur la protection des voies navigables, en vue de rétablir les mesures de protection éliminées et d’ajouter des mesures de sauvegarde plus modernes."

La candidate du Bloc Québécois dans Laurentides-Labelle, Johanne Régimbald.

©Photo gracieuseté

"Soucieux de la protection de l’environnement et de l’ensemble des milieux naturels du Québec, le Bloc Québécois croit que ce sont les Québécois qui sont les mieux placés pour décider de ce qui se passe au Québec et dans leur région.

Le Québec doit s’approprier les préoccupations de la société civile et des Québécois quant à la maîtrise de leur territoire. C’est pourquoi le Bloc Québécois se fera porteur de la primauté de la compétence du Québec en environnement et l’applique déjà depuis plusieurs années comme on peut le constater dans le dossier du pipeline que le fédéral veut imposer à la population du Québec.

La tourmente entourant la navigation étant de la juridiction fédérale sur les lacs fait partie de cette même réalité.

C’est pourquoi le Bloc Québécois amendera la loi afin de transférer cette responsabilité au Québec, ce qui redonnera, du coup, aux municipalités un pouvoir sur les embarcations motorisées."

Le candidat du NPD dans Laurentides-Labelle, Simon-Pierre Landry.

©Photo gracieuseté

"En tant que néo-démocrate, je suis préoccupé par la qualité de l’eau de nos lacs et rivières. Nous devons les protéger puisque notre économie touristique et notre qualité de vie en dépendent.

Lors de la dernière législature, le député du NPD Marc-André Morin a soumis la motion M-441 afin que les municipalités obtiennent plus de pouvoir décisionnel concernant les règlements sur les embarcations de plaisance.

Nos municipalités doivent pouvoir prendre plus rapidement des décisions après consultation avec les riverains et les organismes locaux.

Ainsi donc, je souhaite qu’une révision du Règlement de Transport Canada sur les restrictions visant l’utilisation des bâtiments sur les voies navigables soit mise de l’avant afin que les municipalités et le gouvernement fédéral puissent mieux protéger nos voies navigables.

Nous sommes une région de lacs et de rivières naturelles, et il nous faut les protéger pour les générations futures."

Le candidat onservateur de Laurentides-Labelle, Sylvain Charron.

©TC Media - Maxime Coursol

En tant qu’élu dans une municipalité qui a établi un contrôle sur la navigation sur ses cours d’eau, je suis très sensibilisé à cette réalité et les questions reliées à la protection de l’environnement. Par ailleurs, je suis tout à fait conscient que la législation canadienne est désuète et dépassée. C'est pourquoi, je m'engage à collaborer avec toutes les instances pour :

 • déclencher le processus de révision de cette loi et la simplification du mode d'application des règlements;

• élaborer un nouveau modèle de gestion de la navigation de plaisance comparable à celui de la motoneige, par exemple;

• améliorer la surveillance de l'application de la réglementation;

• élaborer un plan de développement intégré des lacs et cours d'eau;

• pousser la recherche sur les impacts environnementaux de cette activité.

 

Le tout, dans une démarche harmonieuse qui respecte tous les partenaires, autant riverains que plaisanciers.