Les libéraux de retour après 31 ans!

Petite histoire électorale de la région

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc Publié le 20 octobre 2015

Le premier député libéral de Labelle, Henri Bourassa, vers 1920.

©Photo Archives Canada

Beaucoup se demandent si l’élection d’un député libéral fédéral, en l’occurrence David Graham, est une première pour Laurentides-Labelle; et bien, pour faire ça simple…oui et non.

Si on prend la circonscription telle qu’elle est définie présentement, la réponse est oui. Laurentides-Labelle est née d’un redécoupage électoral datant de 2004. Depuis, elle a été représentée uniquement par le Bloc québécois puis le NPD. Mais si on remonte jusqu’au détachement des Hautes-Laurentides du comté d’Ottawa, on remarque une forte tradition libérale.

Le premier député du comté de Labelle était nul autre qu’Henri Bourassa, qui durant toute la première moitié du 20e siècle a été au Québec le chantre du nationalisme canadien-français. Se présentant sous la bannière du Parti libéral de Wilfrid Laurier, avec lequel il divorcera par la suite, il fut député de Labelle de 1896 à 1907, puis de 1925 à 1935. Le comté de Labelle changera plusieurs fois de main dans son existence, mais au final, ce sont les libéraux qui l’auront détenu le plus longtemps: 59 ans, contre 17 ans pour les conservateurs et 2 ans pour les créditistes.

30 ans de purgatoire

Le dernier député de Labelle fut un progressiste-conservateur, Fernand Ladouceur, qui fut porté par la vague qui a élu Brian Mulroney à la tête du Canada en 1984. Son prédécesseur, Maurice Dupras, fut le dernier libéral à représenter les électeurs de la région à Ottawa. Après lui, les «rouges» du comté entament une longue traversée du désert qui ne s’achève qu'hier soir.

En 1988, le comté de Labelle fut divisé pour créer les circonscriptions de Laurentides et de Pontiac-Gatineau-Labelle. Dans Laurentides, un progressiste-conservateur puis une bloquiste seront élus, jusqu’à la refonte de 2004 qui a fait apparaître Laurentides-Labelle. Ce comté sera représenté par la bloquiste Johanne Deschamps jusqu’à la vague orange de 2011.

En manchette

Trois participants blessés dans une empilade

Trois participants de l'Ironman 70.3 dimanche (26 juin) à Mont-Tremblant ont été transportés à l'hôpital à la suite d'une empilade de vélos spectaculaire survenue sur le chemin Duplessis.

Martin Deschamps est le nouveau parrain du Blues'araoké

En sa qualité de nouveau parrain de l'événement, Martin Deschamps rencontrera et donnera des conseils aux finalistes du «Blues'araoké» le dimanche 17 juillet, sur la scène Casino de la Place St-Bernard. L'événement s'inscrit au menu des différentes activités prévues au Festival international du Blues de Tremblant.

Les libéraux de retour après 31 ans!

Petite histoire électorale de la région

Maxime Coursol maxime.coursol@tc.tc Publié le 20 octobre 2015

Le premier député libéral de Labelle, Henri Bourassa, vers 1920.

©Photo Archives Canada


Beaucoup se demandent si l’élection d’un député libéral fédéral, en l’occurrence David Graham, est une première pour Laurentides-Labelle; et bien, pour faire ça simple…oui et non.

Si on prend la circonscription telle qu’elle est définie présentement, la réponse est oui. Laurentides-Labelle est née d’un redécoupage électoral datant de 2004. Depuis, elle a été représentée uniquement par le Bloc québécois puis le NPD. Mais si on remonte jusqu’au détachement des Hautes-Laurentides du comté d’Ottawa, on remarque une forte tradition libérale.

Le premier député du comté de Labelle était nul autre qu’Henri Bourassa, qui durant toute la première moitié du 20e siècle a été au Québec le chantre du nationalisme canadien-français. Se présentant sous la bannière du Parti libéral de Wilfrid Laurier, avec lequel il divorcera par la suite, il fut député de Labelle de 1896 à 1907, puis de 1925 à 1935. Le comté de Labelle changera plusieurs fois de main dans son existence, mais au final, ce sont les libéraux qui l’auront détenu le plus longtemps: 59 ans, contre 17 ans pour les conservateurs et 2 ans pour les créditistes.

30 ans de purgatoire

Le dernier député de Labelle fut un progressiste-conservateur, Fernand Ladouceur, qui fut porté par la vague qui a élu Brian Mulroney à la tête du Canada en 1984. Son prédécesseur, Maurice Dupras, fut le dernier libéral à représenter les électeurs de la région à Ottawa. Après lui, les «rouges» du comté entament une longue traversée du désert qui ne s’achève qu'hier soir.

En 1988, le comté de Labelle fut divisé pour créer les circonscriptions de Laurentides et de Pontiac-Gatineau-Labelle. Dans Laurentides, un progressiste-conservateur puis une bloquiste seront élus, jusqu’à la refonte de 2004 qui a fait apparaître Laurentides-Labelle. Ce comté sera représenté par la bloquiste Johanne Deschamps jusqu’à la vague orange de 2011.