Sections

Des Japonais s'intéressent à des meubles créés à Mont-Tremblant

L'ébéniste Kevin Ratcliffe s'en va les rencontrer


Publié le 9 août 2017

L'ébéniste Kevin Ratcliffe dans son atelier.

©Photo TC Media - Yves Rouleau

L'ébéniste de Mont-Tremblant Kevin Ratcliffe part ces jours-ci pour un voyage d'affaires au Japon, où il va présenter deux modèles de meubles de sa création.

Un des deux modèles de meuble avec lit escamotable conçu selon les exigences de qualité japonaises pour des logements à espace restreint.<@
Photo gracieuseté

Le propriétaire des Ateliers du Village caresse l'espoir que ses meubles obtiennent la faveur d'entreprises japonaises ce qui lui ouvrirait de vastes opportunités d'affaires et qui profiterait, par ricochet, à toute la région de Mont-Tremblant, croit-il.

Ce périple au Japon est le dernier dénouement de plus d'un an d'efforts que l'ébéniste avoue avoir entrepris avec un brin de scepticisme. «Franchement, au début, je me disais que ça ne marcherait jamais cette affaire-là. Mais par curiosité, j'ai continué pour voir jusqu'où ça irait»,  a-t-il expliqué quelques heures avant son départ.

C'est à la suite d'un tour de gens d'affaires du Japon au courtier immobilier Michel Nault qu'un des participants s'est informé de la possibilité de s'approvisionner en meubles au Canada. Ses attentes étaient précises: un meuble de qualité adapté aux logements à espace restreint.

L'agente de liaison d'affaires Masako Masumoto a pris en charge le dossier par la suite et c'est elle, au nom des entreprises Daiba et Kojima, qui est entrée en contact avec Kevin Ratcliffe.

Travail de longue haleine

Ce dernier a accepté de fabriquer deux meubles qui seraient en quelque sorte des prototypes. Pour décrire les meubles, on pourrait dire qu'ils comportent plusieurs tiroirs et, surtout, un lit escamotable. Une fois le lit fermé, vous avez simplement un meuble.

«À partir du moment où j'ai accepté de me mettre en contact avec les gens d'affaires japonais, on a mis un an à établir le type de meuble qui leur convenait. J'ai fait un sketch à la main et j'ai demandé à la designer professionnelle, Audrey Hotte, d'en faire un dessin. Il y a eu plusieurs échanges avec nos correspondants du Japon avant qu'on parvienne au produit final sur lequel je me suis basé pour fabriquer les meubles», a indiqué l'ébéniste.

Les deux meubles viennent d'être acheminés par bateau.

Au Japon, Kevin Ratcliffe va rencontrer les hommes d'affaires pour répondre à leurs questions et aborder divers sujets liés aux produits.

L'ébéniste ose maintenant croire que ce qui n'était au début qu'une expérience va se conclure en une opportunité d'affaires. «Ce serait certainement un très intéressant dénouement pour moi et aussi pour toute la communauté. S'ils passent des commandes, il va certainement me falloir faire appel à des sous-traitants», a-t-il fait valoir.