Le Groupe Crête prêt à faire face à la tempête

Des nuages à l'horizon pour l'industrie du bois


Publié le 13 février 2017

Le président-directeur général Sébastien Crête.

©Photo TC Media - Yves Rouleau

De nouvelles turbulences se profilent à l'horizon dans l'industrie du bois. Néanmoins, le président-directeur général du Groupe Crête Sébastien Crête refuse de presser le bouton de panique.

:«Il y a beaucoup d'éléments inconnus à l'heure actuelle. Des négociations commerciales s'amorcent avec les États-Unis. Ça arrive au moment où la politique américaine est imprévisible», a noté le dirigeant à l'issue d'une rencontre de presse à l'usine de la compagnie à Saint-Faustin-Lac-Carré, où l'on annonçait le prochain Salon des nouvelles entreprises, dont il assurera la présidence d'honneur.

Le dirigeant venait tout juste de dire, dans le cadre de sa présentation aux participants, que les entrepreneurs devaient être prêts aux changements s'ils souhaitaient survivre.

«En 2016, on regardait 2017 avec le plus grand optimisme. La question des tarifs, la valeur du dollar, la demande, l'économie américaine,  tous les indicateurs étaient bons. Maintenant, tout est changé», a-t-il relaté.

Le Groupe Crête reste quand même en bonne position puisqu'il écoule 70 pour cent de sa marchandise au Québec. La balance va à peu près en parts égales en Ontario et aux États-Unis. C'est évidemment ce dernier marché qui est en péril.

«Le seul aspect dont nous avons le contrôle complet, ce sont nos frais d'exploitation. Nous assurons une gestion serrée à ce chapitre», a-t-il indiqué.

Dans ce contexte d'une industrie en constante mouvance, le Groupe Crête veut s'en tenir à des plans de courte durée et à une gestion corsée, a-t-il suggéré.

L'entreprise compte 90 employés à son usine de Saint-Faustin-Lac-Carré et quelque 350 au total dans ses deux usines (l'autre est à Chertsey) ainsi que dans le transport et la coupe en forêt. Le Groupe Crête est un des principaux employeurs industriels dans la MRC des Laurentides.