Hausse de 34% dans les Laurentides

Le prix d'un hectare de terres en culture augmente fortement

Salle des nouvelles L'Information du Nord infonord.redaction@tc.tc Publié le 8 septembre 2015

Au chapitre de la valeur moyenne des terres agricoles en 2014, la région des Laurentides est celle où on a observé l'écart le plus élevé de tout le Québec par rapport à 2013.

©TC Media – Archives

Les transactions compilées en 2014 par La Financière agricole du Québec indiquent qu'en moyenne la valeur des terres en culture - superficies cultivables, sans bâtiment, qui ne comprennent pas les pâturages, les vergers, les érablières et les boisés - a augmenté de 27%, alors que celle des terres agricoles - en plus des terres en culture, toutes les autres superficies agricoles - a augmenté de 23,5% par rapport à 2013.

La variation de la valeur moyenne s'explique notamment par un plus grand nombre de transactions de terres agricoles enregistrées dans les régions de la Montérégie, de Lanaudière et des Laurentides où les valeurs moyennes à l'hectare sont généralement plus élevées.

De plus, dans la plupart des régions, les terres agricoles ont été transigées en moyenne à des valeurs plus élevées en 2014 qu'en 2013, en particulier les terres consacrées aux cultures maraîchères et celles utilisées pour les grandes cultures. En ce qui a trait aux érablières, les transactions compilées en 2014 indiquent une valeur moyenne similaire à 2013.

Davantage de transactions

Par ailleurs, en 2014, la valeur moyenne des terres agricoles, compilée par la FADQ, a dépassé 10 000$/ha. Toutefois, les variations annuelles observées diffèrent d’une région à l’autre. Les écarts les plus élevés ont été observés dans les régions de la Capitale-Nationale (+28%), du Saguenay-Lac-Saint-Jean (+32%) et des Laurentides (+34%).

La hausse observée dans les Laurentides s’explique principalement par la hausse du nombre de transactions compilées dans la partie sud de la région où la valeur moyenne à l’hectare est généralement supérieure.

En 2014, la valeur moyenne par hectare des terres en culture dans les Laurentides s'élevait à 20 387$ par rapport à 15 163$ en 2013, tandis que celle par hectare des terres agricoles atteignait 14 898$ comparativement à 11 148$ un an plus tôt.

Plusieurs facteurs influencent, au niveau local, les conditions d’offre et de demande des terres agricoles. Parmi ces facteurs, on retrouve notamment l’usage d’une terre, sa localisation, les caractéristiques spécifiques du sol, son état général et son accessibilité. La disponibilité des terres sur un territoire donné, à un moment précis, ainsi que la proximité des marchés et des autres terres que possède l’acheteur peuvent également avoir un impact sur la valeur accordée à une terre agricole.

En manchette

Hausse de 34% dans les Laurentides

Le prix d'un hectare de terres en culture augmente fortement

Salle des nouvelles L'Information du Nord infonord.redaction@tc.tc Publié le 8 septembre 2015

Au chapitre de la valeur moyenne des terres agricoles en 2014, la région des Laurentides est celle où on a observé l'écart le plus élevé de tout le Québec par rapport à 2013.

©TC Media – Archives


Les transactions compilées en 2014 par La Financière agricole du Québec indiquent qu'en moyenne la valeur des terres en culture - superficies cultivables, sans bâtiment, qui ne comprennent pas les pâturages, les vergers, les érablières et les boisés - a augmenté de 27%, alors que celle des terres agricoles - en plus des terres en culture, toutes les autres superficies agricoles - a augmenté de 23,5% par rapport à 2013.

La variation de la valeur moyenne s'explique notamment par un plus grand nombre de transactions de terres agricoles enregistrées dans les régions de la Montérégie, de Lanaudière et des Laurentides où les valeurs moyennes à l'hectare sont généralement plus élevées.

De plus, dans la plupart des régions, les terres agricoles ont été transigées en moyenne à des valeurs plus élevées en 2014 qu'en 2013, en particulier les terres consacrées aux cultures maraîchères et celles utilisées pour les grandes cultures. En ce qui a trait aux érablières, les transactions compilées en 2014 indiquent une valeur moyenne similaire à 2013.

Davantage de transactions

Par ailleurs, en 2014, la valeur moyenne des terres agricoles, compilée par la FADQ, a dépassé 10 000$/ha. Toutefois, les variations annuelles observées diffèrent d’une région à l’autre. Les écarts les plus élevés ont été observés dans les régions de la Capitale-Nationale (+28%), du Saguenay-Lac-Saint-Jean (+32%) et des Laurentides (+34%).

La hausse observée dans les Laurentides s’explique principalement par la hausse du nombre de transactions compilées dans la partie sud de la région où la valeur moyenne à l’hectare est généralement supérieure.

En 2014, la valeur moyenne par hectare des terres en culture dans les Laurentides s'élevait à 20 387$ par rapport à 15 163$ en 2013, tandis que celle par hectare des terres agricoles atteignait 14 898$ comparativement à 11 148$ un an plus tôt.

Plusieurs facteurs influencent, au niveau local, les conditions d’offre et de demande des terres agricoles. Parmi ces facteurs, on retrouve notamment l’usage d’une terre, sa localisation, les caractéristiques spécifiques du sol, son état général et son accessibilité. La disponibilité des terres sur un territoire donné, à un moment précis, ainsi que la proximité des marchés et des autres terres que possède l’acheteur peuvent également avoir un impact sur la valeur accordée à une terre agricole.