L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
12 juillet 2018

Les déchets organiques injustement blâmés pour les mouches

Une sorte de légende urbaine s’est formée au tour de l’apparition cet été dans les Laurentides de nombreuses mouches plutôt « colleuses ».

Yves Rouleau , journaliste

© Photo L'Information du Nord - archives

Les nuées d’insectes, dites mouches sarcophages, prennent place au tour des résidences, ce qui a fait conclure, erronément, à plusieurs personnes que cette invasion était liée à la nouvelle collecte des matières organiques qui a été implantée dans des municipalités de la MRC des Laurentides notamment.

La MRC a ainsi jugé bon de publier un communiqué de presse pour rétablir les faits. « La présence de ces mouches est directement liée à la une infestation de livrée des forêts, une espèce de chenille, et non pas à l’implantation des matières organiques », explique le communiqué de la municipalité régionale.

En fait, apprend-on sur une page du ministère des Forêts, de la Faune et de Parc, s’il y a lieu de s’inquiéter, c’est plutôt à propos de cette chenille.

« Lors des infestations graves de livrée des forêts, une mouche parasite, la mouche sarcophage, vient à la rescousse. Elle se manifeste souvent à la fin de la deuxième année d’épidémie », mentionne-t-on.

On précise qu’à cause de sa ressemblance avec les insectes piqueurs, la mouche inoffensive peut parfois inquiéter les humains. La mouche sarcophage peut se reproduire en grand nombre et ne rebute aucunement à se poser sur l’épiderme des êtres humains, sans doute attirer par la sueur.

« La mouche sarcophage est bénéfique, car c’est un parasite de la livrée des forêts, un agent de contrôle naturel très efficace », indique-t-on sur la page du MFFP.

Attention à la chenille

La livrée des forêts pour sa part peut parfois défolier gravement ses hôtes sur de vastes territoires. Si elles se répètent, les défoliations peuvent affecter la croissance de l’arbre, qui s’affaiblit et devient vulnérable aux insectes secondaires et aux maladies. Le MFFP cherche toutefois à se faire rassurant sur sa page en indiquant que, néanmoins, « les arbres survivent généralement ».

À titre d’information, la livrée des forêts est une chenille poilue avec des lignes bleues le long de son corps et des poils blancs. La dernière invasion importante de cette chenille remonte à la période 1999-2004.

Toutes choses dites, la MRC des Laurentides tient néanmoins à souligner que même si la présence des mouches sarcophages n’est aucunement liée à la collecte des matières organiques, il est tout de même recommandé en période estivale de sortir son bac brun à toutes les collectes peu importe la quantité de matières et de rincer le bac régulièrement.

 

1/1
Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer