L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
20 avril 2018

Pendant la durée d’un projet-pilote

Le Centre d’hébergement de Mont-Tremblant comptera plus d’infirmières

Le Centre d’hébergement de Mont-Tremblant se trouve au nombre des dix nouveaux établissements retenus pour un projet-pilote sur un ratio professionnel à la hausse soins-patients.

Le Centre d’hébergement de Mont-Tremblant fera l’objet d’un projet-pilote prochainement pour une période de six à huit mois.
Le Centre d’hébergement de Mont-Tremblant fera l’objet d’un projet-pilote prochainement pour une période de six à huit mois.
© Photo L'Information du Nord - archives

Dans le cadre de ce projet pilote, le ratio pour une équipe de soins composée d’une infirmière et d’une infirmière auxiliaire sera de 1 équipe pour 20 à 27 patients le jour. Le ratio passera à 1 pour 25 à 32 le soir et de 1 pour 37 à 44 la nuit.

Le Centre d’hébergement de Mont-Tremblant est le seul établissement du CISSS des Laurentides touché par la mesure annoncée conjointement par le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaëtan Barrette et la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Nancy Bédard.

« L’implantation de ratios professionnels en soins/patients est une bataille que mène la FIQ depuis plusieurs années. C’est une proposition que nous avons mise de l’avant pour assurer des soins sécuritaires aux patients tout en diminuant la surcharge de travail pour nos membres. C’est grâce au travail de la FIQ si notre région peut compter sur son premier projet de ratios », a déclaré la présidente du FIQ-Syndicat des professionnels en soins des Laurentides (FIQ-SPSL) Julie Daignault.

Le ministre Barrette a pour sa part émis le vœu que les résultats et les conclusions qui seront tirées de ces projets-pilotes s'avèrent pertinents pour améliorer la prestation de services offerts à la population.

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec Nancy Bédard a rappelé que les ratios constituent la priorité principale des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes pour l’octroi de soins sécuritaires pour les patients. « C’est aussi, à plus ou moins long terme, la meilleure solution pour stabiliser les équipes de soins et réduire la surcharge de travail. Au bout de la ligne, les patients y gagneront en obtenant de meilleurs soins »,  a souligné Mme Bédard.

Soulignons que les projets-pilotes débuteront au cours des mois d'avril, de mai et de juin 2018 et se réaliseront sur une période de six à huit mois.

En même temps qu’on procédait à l’annonce de projets-pilotes dans dix établissements, on promettait par ailleurs que quatre autres projets, dont les lieux seront annoncés ultérieurement, démarreraient au cours de l'automne 2018 en inhalothérapie, à l'urgence, en soins à domicile et dans un établissement privé conventionné, ce à l’échelle du Québec.

Partager:

À ne pas manquer