L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
11 janvier 2018

Il a fallu la faire venir de Rivière-Rouge

L’ambulance met 25 minutes à se rendre sur un cas à Mont-Tremblant

Yves Rouleau , journaliste

Le jour et le soir, trois ambulances sont postées dans la région de Mont-Tremblant
Le jour et le soir, trois ambulances sont postées dans la région de Mont-Tremblant
© Photo L'Information du Nord - Yves Rouleau

Il y a eu plus de peur que de mal en fin de compte, mais une mauvaise chute sur la glace d’un jeune joueur pee-wee, le 7 janvier à Mont-Tremblant, a donné à réfléchir sur le temps de réponse ambulancier.

Le joueur des Bastions de Blainville a heurté violemment la glace en tombant lors d’une joute contre les Diables de Mont-Tremblant. Quelques heures plus tard, il a été déterminé que la blessure était mineure, mais sur le coup le garçon était incapable de se relever et est resté étendu sur la glace pendant 50 minutes. Il éprouvait de vives douleurs au niveau du cou et du dos et avait des nausées, ont indiqué divers témoins, dont l’arbitre du match Michel Bourgoin.

Des personnes, dont une spectatrice qui avait des notions de premiers soins, se sont enquises de l’état du jeune hockeyeur. Il a été convenu de le maintenir immobile, d’appeler une ambulance et de s’assurer qu’il demeure étendu à la même place en attendant les secours ambulanciers.

Une ambulance de Rivière-Rouge

Entre le moment de la chute et de l’arrivée des ambulanciers, il s’est écoulé une bonne cinquantaine de minutes, a indiqué l’arbitre Michel Bourgoin, ce qui l’a laissé perplexe.

« Un des ambulanciers m’a dit qu’ils arrivaient de Rivière-Rouge. Ça m’a surpris. J’ai été étonné que ce ne soit pas une ambulance de Mont-Tremblant », a-t-il expliqué.

Le superviseur des opérations pour les ambulances au Groupe Radisson pour le secteur de Mont-Tremblant Benoit Rudolphe a établi quelques nuances après vérification du dossier.

Selon les informations, l’ambulance a mis 25 minutes à se présenter sur les lieux après l’appel initial.

C’est que, à l’aréna de Mont-Tremblant, on n’a pas contacté l’ambulance tout de suite après l’accident. En effet, selon le récit de témoins, on a logé l’appel qu’après s’être enquis de l’état du joueur et d’autres palabres. Au début, on voulait transporter le blessé hors de la patinoire sur un brancard, mais on a finalement décidé de s'en abstenir de peur d’aggraver son état. Ce n’est qu’après coup que l’ambulance a été appelée.

Le coordonnateur Benoit Rudolphe n’a pas qualifié d’anormal le temps de réponse de 25 minutes. «Nous avons un système de priorité des appels en place. Peut-être que d’autres appels ont été jugés prioritaires. Aussi, si on a contacté une ambulance d’une zone limitrophe, Rivière-Rouge, c’est sûrement que les trois ambulances postées à Mont-Tremblant étaient déjà sur des cas. Qu’on ait mis 25 minutes pour venir de Rivière-Rouge, c’est possible. Je ne sais pas quelles étaient les conditions routières à ce moment-là », a indiqué M. Rudolphe.

Normalement, lorsqu’un appel est logé à Mont-Tremblant, l'on compte de 5 à 7 minutes pour se rendre sur les lieux, lorsque c’est une ambulance locale qui répond, a-t-il expliqué.

Une fin heureuse

Quoi qu’il en soit, la conclusion de cet accident n’est pas dramatique. Transporté à l’hôpital de Sainte-Agathe, le jeune hockeyeur a reçu les soins appropriés et qu'on eut établi qu’il souffrait d’une entorse dorsale. Il va pouvoir reprendre ses activités normales, y compris jouer au hockey, d’ici quelques jours, a indiqué le président de l’Association du hockey mineur de Blainville, Francis Buteau.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer