L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
4 juillet 2017

Clinique de santé de Montcalm: «Nous ne sommes pas ouverts au grand public...pour l'instant»

Des résidents de Montcalm peuvent désormais compter sur les services occasionnels d’un médecin.

Johanna Earle et Stephen Andrew, initiateurs de la clinique de santé de Montcalm.
Johanna Earle et Stephen Andrew, initiateurs de la clinique de santé de Montcalm.
© TC Media – Maxime Coursol

Des résidents de Montcalm peuvent désormais compter sur les services occasionnels d’un médecin.

Depuis le mois de mars, la clinique du Grand Tremblant a un partenariat de service avec la Coopérative de santé de la Vallée des lacs, situé dans le même bâtiment que la résidence pour aînés de Montcalm. Le Dr Simon-Pierre Landry y vient deux fois par mois, pendant une demi-journée, et rencontre sur place les résidents des Habitations Stephen Jake Beaven (HSJB).

Selon le format créé, la pratique à Montcalm est vue comme un satellite de la clinique du Grand Tremblant. Il n’y a pas de médecin spécifiquement affecté à la Coopérative de santé, car le ministère de la Santé n’émet pas de permis de pratique pour de nouveaux médecins dans la région. C’est pourquoi d’ailleurs le Dr Landry et ses collaborateurs, à la clinique du Grand Tremblant, sont tous des médecins pratiquant déjà dans la MRC des Laurentides.

De nouveaux médecins?

Ce partenariat satisfait le trésorier des HSJB, Stephen Andrew. «Nous avons espoir que davantage de services soient offerts sur place éventuellement, pour tous les résidents des alentours», avance-t-il.

C’est une nouvelle façon de penser et de fournir des soins

Stephen Andrew, trésorier des Habitations Stephen Jake Beaven et de la Clinique de santé de Montcalm

C’est là d’ailleurs le but du Dr Landry, qui voudrait offrir un service plus régulier de médecin-visiteur pour la communauté, appuyé par une infirmière praticienne spécialisée. Dans un courriel envoyé à L’Information du Nord, il avance que «trois autres jeunes médecins souhaitent s'établir à notre clinique, mais pour l'instant, nous attendons toujours l'autorisation du ministère pour pouvoir les engager. L'an dernier, le ministère n'a donné aucun permis de travailler aux jeunes gradués québécois pour la région stipulant que la région était en surplus de médecins. […] Des représentations officielles ont été faites au gouvernement et au ministère, mais pour l'instant le ministère ne change pas ses orientations.»

Un modèle à changer

Si la province ne semble pas encore prête à permettre l’établissement de médecins supplémentaires qui pourrait prendre Montcalm et les communautés voisines en charge, Stephen Andrew croit de son côté qu’il faut saisir toutes les opportunités qui se présentent. «Nous savons que la façon de donner les soins de base est en train de changer. Les jeunes médecins ont une nouvelle façon de penser et de fournir des soins. C’est important de comprendre cette réalité et de s’y adapter», plaide-t-il.

Pour l’instant, la Coopérative de santé de la Vallée des lacs dispose à tout le moins d’un soutien financier de sa municipalité. Le conseil municipal de Montcalm a en effet accordé une subvention de 8000$ au projet pour l’année 2017.

Partager: