Sections

Six municipalités de la MRC des Laurentides songent à une régie des déchets commune

La collecte et le transport des matières résiduelles

Publié le 14 juillet 2017

Les municipalités d'Amherst, d'Arundel, de Barkmere, de Brébeuf, d'Huberdeau et de Montcalm contemplent l'idée de former une régie commune de collecte et de transport des matières résiduelles.

©Photo TC Media - archives

Six municipalités locales préparent la table pour une possible création de régie de collecte et de transports des matières résiduelles.

Les municipalités d'Amherst, d'Arundel, de Barkmere, de Brébeuf, d'Huberdeau et de Montcalm font les premiers pas d'une démarche pour mettre sur pied un service commun. Les conseils municipaux adoptent actuellement des résolutions d'intention.

Le service regroupé existe déjà à moindre échelle alors qu'Amherst effectue déjà la collecte et le transport pour Huberdeau et Brébeuf.

Selon le maire de Montcalm, Steven Larose, la récente création de régies régionales d'incendies et le bilan de la mise en place de la Régie intermunicipale des Trois-Lacs (Saint-Faustin-Lac-Carré, Lac-Supérieur et Val-des-Lacs) pour la collecte et le transport des déchets, a fait la preuve des avantages d'un regroupement.

Les municipalités sont gagnantes sur le plan du contrôle des coûts et de la qualité du service, estime Steven Larose.

Une nouvelle régie compterait son propre équipement et ses employés et ne ferait pas appel à la sous-traitance, affirme-t-il.

Liées par contrat jusqu'en 2019

Il n'y a pas de date pour l'entrée en service de la régie. On n'en encore que l'adoption de résolutions dans les diverses municipalités intéressées, précise le maire de Montcalm.

Les municipalités d'Arundel, Barkmere et Montcalm ne se joindraient vraisemblablement pas à une nouvelle régie avant 2019 puisqu'elles sont liées par leur actuel contrat jusqu'au 31 décembre 2018.

Il appert par ailleurs que ce sera la municipalité d'Amherst qui mènera le dossier au nom des six municipalités auprès du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire pour ce qui est des démarches de création d'une régie.

Le maire d'Amherst Bernard Lapointe soutient qu'il y a encore des données, pour ce qui est des coûts en particulier, à analyser avant de considérer plus sérieusement le projet.

Mais la première étape nécessaire d'attester de l'intérêt des municipalités est enclenchée, indique-t-il.