L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
17 avril 2017

Les pires inondations depuis 2001

Trois évacuations et plusieurs rues barrées à Mont-Tremblant

«As-tu sorti ton canot Marcel». Cette boutade entre voisins montrait que la situation demeurait sous contrôle à Mont-Tremblant, même si la région connaît aujourd'hui (17 avril) ses pires inondations en 16 ans à la suite du débordement de la rivière du Diable, selon plusieurs témoignages.

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

L'eau a  descendu jusque dans la rue Rochon
L'eau a descendu jusque dans la rue Rochon
© Photo Tc Media - Yves Rouleau

«As-tu sorti ton canot Marcel». Cette boutade entre voisins montrait que la situation demeurait sous contrôle à Mont-Tremblant, même si la région connaît aujourd'hui (17 avril) ses pires inondations en 16 ans à la suite du débordement de la rivière du Diable, selon plusieurs témoignages.

Le secteur de la rue Saint-Roch et du chemin de la Plage Vanier est l'un des plus durement touchés. De nombreuses résidences se trouvent isolées par les inondations.

Les pompiers ont utilisé un canot de sauvetage pour évacuer trois résidents dans différents lieux de la ville: rue de Normandie, rue des Geais Bleus et rue Émond.

L'eau n'a pas cessé de monter à l'endroit de ces deux maisons dans le secteur de la rue Saint-Roch et du chemin de la Plage Vanier.

Plusieurs rues sont impraticables aujourd'hui (lundi) à cause de la soudaine montée des eaux.

La rue Boivin compte parmi les rues inondées.

L'eau a atteint des dizaines de propriétés ou forcée la fermeture de routes dans le secteur du camping de la Diable, rue Saint-Roch, chemin de la Plage Vanier, rue Émond, rue Meilleur, rue Boivin, rue Rochon, chemin du lac Gélinas, chemin Bréard, selon un survol partiel et non officiel de la situation. L'eau s'est infiltrée dans quelques résidences.

Le site du camping de la Diable est inondé.

La plupart des secteurs touchés sont vulnérables aux inondations. Mais selon divers témoignages de résidents des lieux, il s'agit de la pire situation depuis 2001.

L'eau a commencé à monter durant la journée de dimanche à cause des fortes de pluies qui ont sévi une bonne partie de la journée. Le débit d'eau restait très élevé dans la rivière du Diable et l'eau continuait à monter lundi, quoique moins rapidement que dans les heures précédentes.

Partager:

Maxime Coursol , Rédacteur en chef

  • Courriel

À ne pas manquer