L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
13 novembre 2017

:La grande ouverture aura lieu au printemps

La Samaritaine ouvre temporairement son éco-entrepôt

Yves Rouleau , journaliste

L’éco-entrepôt compte de l'espace d'entreposage fermé pour la marchandise, une pièce pour l'accueil de la clientèle ainsi qu'une grande galerie ouverte.
L’éco-entrepôt compte de l'espace d'entreposage fermé pour la marchandise, une pièce pour l'accueil de la clientèle ainsi qu'une grande galerie ouverte.
© Photo L'Information du Nord - Yves Rouleau

La Samaritaine a ouvert son éco-entrepôt pour quelques jours. Toutefois, il ne s’agit que d’un préambule. L’ouverture définitive doit avoir lieu ce printemps.

La directrice générale Caroline Dumouchel a indiqué qu’on avait décidé du côté de l’organisme de Mont-Tremblant d’ouvrir le 13 novembre pour quelques semaines jusqu’au début de décembre. La quantité d’articles en vente est limitée pour le moment. On souhaitait surtout écouler un peu de marchandises d'un enclos dont on devait se départir. Du même coup, on voulait permettre à la population de voir la nouvelle construction.

La grande ouverture aura lieu vers la fin mars ou le début d’avril. À ce moment-là, l’éco-entrepôt fonctionnera à plein régime. Les clients pourront se procurer des articles et des matériaux laissés à l’écocentre de la ville de Mont-Tremblant ou à l’organisme, a précisé la directrice générale.

Double vocation

Ce nouveau service de La Samaritaine a le double objectif de donner une deuxième vie à des matériaux et des articles qui autrement seraient voués au dépotoir au détriment de l’environnement et aussi allouer des fonds à l’organisme pour ses services de première nécessité comme l’aide alimentaire.

La nouvelle bâtisse au coût de quelque 175 000$ est construite juste derrière l’actuel magasin (chemin de Brébeuf) sur un terrain cédé gratuitement en bail emphytéotique par la Ville de Mont-Tremblant. Les usagers pourront garer leur voiture dans un stationnement adjacent qui sera éventuellement asphalté. La Samaritaine a payé entièrement les frais de construction à même ses réserves.

Partager:

Yves Rouleau , journaliste

  • Courriel