Louis Laurier: une mission d'aider les autres

L'orphelin analphabète a gagné le coeur des Huberdois

Yves Rouleau yves.rouleau@tc.tc
Publié le 10 février 2016

Louis Laurier, au centre, a invité des collègues du conseil municipal présents de même que le député de la circonscription à partager le moment d'honneur avec lui. Sur la photo, de gauche à droite, Julie Thibodeau, le député Sylvain Pagé, M. Laurier, la mairesse Evelyne Charbonneau et Jean-François Perrier

©TC Media - Yves Rouleau

Louis Laurier a vu la salle municipale d'Huberdeau nommée en son honneur. Il siège au conseil municipal depuis 35 ans sans interruption, un exploit remarquable. Ce n'est là toutefois qu'un chapitre de la vie communautaire fascinante de cet homme.

Âgé de 77 ans, Louis Laurier est arrivé à l'orphelinat d'Huberdeau, à l'âge de 8 ans, en provenance de Montréal.

L'orphelin garde un souvenir mitigé de ses premières années à l'institution. Il n'a pas aimé l'école par ailleurs et il estime que sa scolarité totale équivaudrait à une 3e année.

«J'avais un défaut de langage, ça ne me rendait pas la vie facile à l'école», relate-t-il.

Pourvu d'une indomptable amabilité, il ne s'est pas laissé démonter par les moqueries et parfois les coups. Il semble être né avec la mission d'aider les autres, souligne sa conjointe Maryse McLaughlin.

Chez cet homme pratiquement analphabète, des gens ont néanmoins décelé des dons d'observateur accompagnés d'une mémoire visuelle et photographique phénoménale. Il peut ainsi monter, construire, réparer sans devoir recourir à des modes d'emplois écrits ou des plans, affirment ses proches.

Il a pu décrocher un emploi de mécanicien du bâtiment à l'accueil Vert Pré et, plus tard, faire sa marque au conseil municipal d'Huberdeau en tant qu'expert des questions d'aqueduc et d'égout, où il en remontrerait à des ingénieurs, dit-on.

«Le réseau d'aqueduc et d'égout municipal, il en a tout le portrait dans sa tête. Il le connaît dans les moindres détails», explique la mairesse Evelyne Charbonneau.

Environnementaliste avant l'âge

Louis Laurier a fait son entrée au conseil municipal en 1981, après avoir mené une âpre campagne électorale pour que cesse le déversement des égouts dans le lac à La Loutre.

«J'ai eu de l'opposition de gens qui ne voulaient pas parce que leurs taxes allaient monter. On a menacé de brûler ma maison. Des personnes m'ont conseillé de laisser tomber, ils avaient peur pour moi. Mais j'ai continué et j'ai gagné. Je suis toujours revenu par la suite sans jamais perdre une élection», mentionne-t-il.

«Des gens le traitaient de maudit cochon. Je me demande qui étaient les plus cochons. L'eau que les gens d'Huberdeau buvaient provenait du lac à La Loutre et on y déversait les égouts!», souligne sa conjointe Maryse McLaughlin.

En plus de siéger au conseil municipal, Louis Laurier a agi comme marguillier et a pris part au conseil d'administration de l'accueil Vert-Pré, au comité du Calvaire, au comité des loisirs et il fait actuellement partie du conseil d'administration de la résidence L'Entraide.

«C'est un homme pourvu d'un bon jugement. Il prend toujours le temps d'écouter les gens, il est toujours prêt à aider. C'est un bon père, un bon grand-père. Il a plein de belles qualités», relate sa conjointe depuis 39 ans pour tenter d'expliquer la confiance qu'il a su mériter auprès des Huberdois.

Présent à la cérémonie, le député Sylvain Pagé s'est aussi montré admiratif de la personnalité de Louis Laurier, qui lui a valu de maintenir la confiance des électeurs aussi longtemps. «C'est un homme dévoué, rigoureux, travaillant avec un grand cœur. Tous les politiciens devraient s'inspirer de lui», a-t-il mentionné.