Les promoteurs du collège international voudraient ouvrir en 2017

La nouvelles école secondaire privée à Mont-Tremblant

Yves Rouleau yves.rouleau@tc.tc Publié le 22 janvier 2016

L'école embauchera entre 30 et 40 enseignants, employés de soutien et personnel de direction.

©TC Media - archives

Le mois d'août 2017 reste la date idéalement visée pour l'ouverture de l'école secondaire privée à Mont-Tremblant, dans le secteur du projet domiciliaire Mont-Bellevue.

Le plan se concrétiserait à cette date dans le meilleur des cas a indiqué Yves Legault, le directeur général du Collège Letendre de Laval, l'institution privée qui est maître d'œuvre du projet à Mont-Tremblant.

«Si chacune des étapes va comme prévu, on pourrait ouvrir pour la rentrée en 2017», a indiqué M. Legault. Il a toutefois précisé qu'un retard d'étape, même d'un seul mois, pourrait se traduire par un report d'une année complète.

Du reste, le projet d'un collège privé offrant le programme d'enseignement secondaire en langue française du Québec, mais avec une clientèle provenant,  en plus du Québec, de partout sur la planète est bien enclenché, a indiqué M. Legault.

On ne parle pas d'une école qui offrirait le baccalauréat international. Il s'agirait plutôt d'un concept unique avec des élèves d'origines nationales variées avec, parmi eux, des Québécois et des élèves de la région de Mont-Tremblant, a expliqué le directeur général.

Il a rappelé que la MRC des Laurentides avait accepté les modifications au schéma d'aménagement pour permettre la construction d'une école dans un secteur près du projet Mont-Bellevue,  entre la rivière du Diable et le lac Ouimet, non loin du golf Le Diable.

L'école d'une capacité de 300 élèves sera construite sur un terrain de 90 acres.

«Nous voulions un cadre naturel. C'est une des particularités fondamentales du programme de cette école», a mentionné M. Legault.

L'école prendra place dans un édifice flambant neuf. En plus des salles de cours, l'institution comptera également un dortoir puisque la plupart des élèves seront pensionnaires.

Le projet est évalué à 30 millions$, tout financé par des capitaux privés.

 

Les promoteurs du collège international voudraient ouvrir en 2017

La nouvelles école secondaire privée à Mont-Tremblant

Yves Rouleau yves.rouleau@tc.tc Publié le 22 janvier 2016

L'école embauchera entre 30 et 40 enseignants, employés de soutien et personnel de direction.

©TC Media - archives


Le mois d'août 2017 reste la date idéalement visée pour l'ouverture de l'école secondaire privée à Mont-Tremblant, dans le secteur du projet domiciliaire Mont-Bellevue.

Le plan se concrétiserait à cette date dans le meilleur des cas a indiqué Yves Legault, le directeur général du Collège Letendre de Laval, l'institution privée qui est maître d'œuvre du projet à Mont-Tremblant.

«Si chacune des étapes va comme prévu, on pourrait ouvrir pour la rentrée en 2017», a indiqué M. Legault. Il a toutefois précisé qu'un retard d'étape, même d'un seul mois, pourrait se traduire par un report d'une année complète.

Du reste, le projet d'un collège privé offrant le programme d'enseignement secondaire en langue française du Québec, mais avec une clientèle provenant,  en plus du Québec, de partout sur la planète est bien enclenché, a indiqué M. Legault.

On ne parle pas d'une école qui offrirait le baccalauréat international. Il s'agirait plutôt d'un concept unique avec des élèves d'origines nationales variées avec, parmi eux, des Québécois et des élèves de la région de Mont-Tremblant, a expliqué le directeur général.

Il a rappelé que la MRC des Laurentides avait accepté les modifications au schéma d'aménagement pour permettre la construction d'une école dans un secteur près du projet Mont-Bellevue,  entre la rivière du Diable et le lac Ouimet, non loin du golf Le Diable.

L'école d'une capacité de 300 élèves sera construite sur un terrain de 90 acres.

«Nous voulions un cadre naturel. C'est une des particularités fondamentales du programme de cette école», a mentionné M. Legault.

L'école prendra place dans un édifice flambant neuf. En plus des salles de cours, l'institution comptera également un dortoir puisque la plupart des élèves seront pensionnaires.

Le projet est évalué à 30 millions$, tout financé par des capitaux privés.